Verratti, l'espoir fou

le
0

Impensable il y a quelques jours, le retour de Marco Verratti dans le groupe pour Manchester City n’est plus si improbable. Même s’il a parlé de miracle, Laurent Blanc a entrouvert la porte.

  Laurent Blanc en a plus qu'assez que les journalistes spéculent sur le cas Marco Verratti. Mais c’est une partie de la qualification du PSG pour les demi-finales de la Ligue des Champions qui pourrait se jouer avec la présence ou non du milieu italien à Manchester City mardi soir. Absent à l’aller (2-2) mercredi dernier, en raison de sa pubalgie, il était à nouveau absent du groupe qui s’est imposé à Guingamp samedi (0-2, 33eme journée de L1). Interrogé à l’issue de cette nouvelle victoire de Paris en championnat, le coach parisien a changé légèrement son discours qui était alarmiste ces derniers jours : « Tout le monde y va de son information. Nous on a des informations. Elles sont positives mais de là espérer jouer un match de quart de finale de Ligue des Champions, il va falloir que des miracles se produisent, a-t-il lancé sur beIN Sports après la partie. Ça peut le faire… » Les suspensions de Blaise Matuidi et de David Luiz, qui aurait pu dépanner au milieu, à l’Etihad Stadium, poussent ainsi Blanc à activer le retour de l’international italien. D’autant que Thiago Motta joue beaucoup mieux avec son compatriote à ses côtés. Et que faire redescendre Angel Di Maria dans l'entrejeu le priverait d’une cartouche en attaque (Edinson Cavani et Lucas seraient assurés de débuter). Selon L’Equipe, Verratti a repris la course il y a quelques de jours et ne ressent plus aucune douleur. Le test de ce dimanche pourrait être déterminant quant aux espoirs de le voir dans le groupe. Mais ce n’est peut-être pas la seule surprise à attendre puisque, selon Le Parisien, Javier Pastore, gêné par ses mollets depuis deux semaines, affirmerait en privé, tout comme le Transalpin, être capable d’être du voyage à Manchester lundi. Interrogé par le cas Verratti, qui n’a plus joué depuis le 20 février dernier, Fabrice Bryant, médecin chez les Bleus lorsque Blanc était sélectionneur, serait étonné de le voir débuter face aux Sky Blues. « Une titularisation serait tout sauf classique, souffle dans L’Equipe selon qui s’occupe désormais des Bleues. Et lorsqu’on a été indisponible aussi longtemps, on ne redémarre pas un match comme celui-là, expose le docteur. Le vrai problème, c’est que les dirigeants, l’entraîneur et même le joueur font face à des obligations qui, parfois, les amènent à des choses qui ne nous paraissent pas très correctes. Si vous revenez trop vite, que la guérison est imparfaite, ça va rallumer la pathologie. Parfois, en voulant gagner une semaine, vous en perdez au contraire beaucoup…  »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant