Veretout, l'enfant du coin

le
0
Veretout, l'enfant du coin
Veretout, l'enfant du coin

Encore très performant ce week-end sur la pelouse de Guingamp, Jordan Veretout confirme qu'il est le grand espoir de la maison nantaise. De quoi rendre fiers les habitants de Belligné, sa commune d'origine, qu'il représente sur et en dehors du terrain.

A dix kilomètres de la gare la plus proche, celle de Varades, et à une vingtaine du réseau autoroutier. C'est peu dire que Belligné, où seule la départementale 10 ose s'aventurer, est ce qu'on appelle un « endroit isolé ». On parle même d'une commune qui a connu un déclin démographique post-Trente glorieuses. Aujourd'hui, la population augmente à nouveau et parmi les 1759 âmes recensées en 2011 dans ce coin du 44, on compte une famille en or. L'été dernier, Etienne Foucher, alors maire de la commune, ne cache pas son émotion au moment de recevoir un gamin sur le perron de la maison commune. « Quand on se dit qu'à Belligné, on a un champion du monde » balance fièrement le boss de Belligné. Le roi du monde ou l'enfant du pays, c'est selon, a 21 ans, porte la chemise blanche et la cravate pénible. Il s'appelle Jordan Veretout, est champion du monde U20 avec l'équipe de France, et ce petit coin de France, c'est chez lui. Précoce, celui qui a porté les couleurs de Belligné jusqu'en benjamin ne s'est jamais menti à lui même : dans un monde de rats des villes, il est un rat des champs. Fier de ses racines et heureux de faire plaisir à ceux qui l'ont vu grandir, Jordan n'a jamais caché qu'il avait un autre chez lui, à quelques kilomètres de là. Comme beaucoup de gamins de la région, le fils Veretout vibre pour les Canaris. Comme quelques chanceux, il se souvient de 2001. Ce 12 mai, le FC Nantes reçoit l'AS Saint-Etienne. Le reste appartient à Marama Vahirua et à l'histoire. « J'aurais bien aimé descendre au milieu de la foule mais mon père ne voulait pas, il y avait trop de monde pour un gamin ». Jordan a huit ans et il ne le sait pas encore, mais il va finir par la fouler, cette pelouse.
Toulalan jusqu'au caleçon
La croissance démographique a repris son cours à Belligné mais à 9 ans, Jordan, tout en contrepied, opte pour l'exode rural. C'est à la Jonelière qu'il poursuit ses rêves d'envahissement de terrain. Un endroit qu'il ne quittera pas. Pas plus que ses habitudes. Si l'étiquette de « futur Toulalan » lui colle vite à la peau, ce n'est pas uniquement pour une histoire de poste où une aptitude à gratter des ballons. Comme Jérémy Toulalan, Jordan Veretout n'a pas peur de venir sapé comme un sac au centre d'entraînement. Et ça, les jeunes qu'il fréquente au centre de formation, ne sont pas prêts de l'oublier. « Jordan, c'est le jogging du club avant tout » rigole aujourd'hui Vincent...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant