Verdure, mixité sociale... Ce qui va changer dans l'urbanisme parisien

le
0

FOCUS - La ville de Paris a annoncé son nouveau plan local d’urbanisme (PLU). Il comprend notamment le développement des «plateformes de logistique urbaine.»

La Ville de Paris adopte ce lundi une modification de son plan local d’urbanisme (PLU) qui porte pour les années à venir la «vision de la ville» dirigée par Anne Hidalgo, en matière de plan urbain, place de la nature ou espaces dédiés au logement. Cette modification de PLU, qui fixe les règles en matière de construction, n’est pas une «révision», donc ne touche pas aux questions de hauteur - comme les tours - ou de densité, sujets toujours polémiques.

Il se décline en une multitude de règlements très techniques dont les éléments les plus notables sont les suivants:

• Paris, ville verte de référence. Installer toujours davantage de verdure et de nature en ville n’est pas une ambition qui date d’hier. Elle va encore s’amplifier. L’équipe d’Anne Hidalgo est de faire de Paris, ville dense et minérale, une ville plus verte. Le PLU assure une augmentation de 10% de la végétalisation, en pleine terre, en terrasse ou en facade. Il porte notamment obligation de végétaliser pour les constructions neuves les toits-terrasses de plus de 200m2. Il permet un retrait des nouvelles constructions par rapport à l’alignement de la rue afin de prendre en compte la végétalisation des murs. Il crée un nouveau grand parc de 7 hectares, dans le projet urbain de la Chapelle Charbon (XVIIIe arrondissement). Les Réservoirs de Grenelle (XVe) et le Stade Championnet (XVIIIe), deux combats emblématiques de riverains pour conserver des espaces verts au lieu de projets de construction, sont classés en «zone urbaine verte».

Pour vous donner un aperçu de ce que pourrait devenir Paris dans les années à venir, n’hésitez pas à vous rendre sur notre espace consacré aux projets de «Réinventer Paris». Le projet «Mille arbres» (notre illustration), porté par les architectes Manal Rachdi et Sou Fujimoto en est l’un des étendards!

• Fin de l’équation construction neuve = parking. Jusqu’à présent, les promoteurs avaient pour obligation d’accompagner toute construction neuve d’un parking. Ce n’est désormais plus le cas. Pourquoi? Tout simplement parce que la place de la voiture diminue. Petite précision: cette nouvelle réglementation va notamment faire baisser le coût des transformations de bureaux en logements, qui devrait baisser de 20% à 30%!

• Ouvertures de «plateformes de logistique urbaine.» Pour favoriser la «livraison du dernier kilomètre» dans le commerce, toujours coûteux et polluant, une soixantaine d’espaces vont être «sanctuarisés» - anciens sites de tri postal, terrains SNCF - pour accueillir des plateformes de logistique urbaine. C’est la première fois que le PLU crée des zones dédiées à la logistique urbaine. Par ailleurs, le «linéaire» réservé au commerce protégé augmente de 14%.

• Les changements du logement. Ce nouveau PLU implique également quelques changements liés au logement. La ville rééquilibre à l’ouest. 90% des nouvelles constructions (surélévations) doivent être consacrés au logement, 10% aux bureaux. Avec l’objectif de la mixité sociale, 30% des parcelles dédiées au logement devront porter sur le logement intermédiaire dans les arrondissements qui ne sont pas «déficitaires» en logement social.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant