Verdict fin septembre pour les dépassements d'honoraires 

le
0
Le projet d'accord entre médecins, Sécu et complémentaires santé comporte un important volet pour essayer d'atténuer le problème d'accès aux soins dû aux dépassements d'honoraires.

Le système, baptisé «secteur optionnel», vise non pas à éliminer ces dépassements, mais à les limiter et à mieux les faire rembourser par les complémentaires.

Quel est le principe du dispositif ?

Il concerne les disciplines où la situation est la plus difficile : anesthésie, chirurgie et obstétrique. Les spécialistes de secteur 2 (ceux qui ont le droit de pratiquer des dépassements) volontaires s'engageront à facturer leurs actes, au maximum, 50 % plus cher que le «tarif Sécu» - ce pourcentage précis restait en discussion mercredi soir. Surtout, les complémentaires rembourseront ce dépassement, ce qui n'est pas toujours le cas jusqu'ici - de grandes mutuelles comme la MGEN ne le font pas. Enfin, au moins 30 % des actes seront effectués sans dépassement, pour ne pas pénaliser les personnes sans complémentaire. Mais pourquoi certains médecins accepteraient-ils de renoncer à leur liberté tarifaire ? Ils peuvent trouver deux intérêts au secteur op

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant