VERBATIM-Les déclarations de l'Eurogroupe sur la Grèce

le
1

BRUXELLES, 28 juin (Reuters) - Tirant les conséquences de l'annonce surprise par le Premier ministre grec Alexis Tsipras d'un référendum le 5 juillet prochain sur la crise de la dette, les ministres des Finances de l'Eurogroupe se sont réunis à deux reprises samedi à Bruxelles, d'abord avec leur homologue grec Yanis Varoufakis, puis sans lui. Communiqués diffusés à l'issue de chacune de ces deux réunions. REUNION FORMELLE AVEC VAROUFAKIS (le ministre grec n'a pas signé la déclaration) "Depuis l'accord de l'Eurogroupe du 20 février 2015 sur l'extension du programme actuel d'assistance financière, des négociations intensives ont eu lieu entre les 'institutions' (ndlr, la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire internationale) et les autorités grecques pour parvenir à une conclusion fructueuse de l'examen (des engagements pris en échange de l'aide financière). Compte tenu du blocage prolongé et de l'urgence de la situation, les 'institutions' ont présenté une proposition complète sur les conditions politiques (ndlr, en contre-partie du déblocage de nouvelles liquidités), utilisant la souplesse permise par l'actuel programme. "Malheureusement, en dépit des efforts entrepris à tous les niveaux et du soutien entier de l'Eurogroupe, cette proposition a été rejetée par les autorités grecques, qui ont rompu les négociations de manière unilatérale dans la soirée du 26 juin. "L'Eurogroupe rappelle les transferts et le soutien financiers significatifs apportés à la Grèce ces dernières années. L'Eurogroupe est resté jusqu'au tout dernier moment ouvert à un nouveau soutien au peuple grec par le biais d'un programme orienté sur la croissance. "L'Eurogroupe prend note de la décision du gouvernement grec de soumettre une proposition à un référendum qui doit avoir lieu le dimanche 5 juillet, soit après l'expiration du programme en cours. "L'accord d'assistance financière en cours avec la Grèce expirera le 30 juin 2015 de même que tous les arrangements liés à l'actuel programme grec (...) "Les autorités de la zone euro se tiennent prêts à faire tout ce qui sera nécessaire pour garantir la stabilité financière de la zone euro." REUNION INFORMELLE SANS VAROUFAKIS "Les ministres de 18 Etats membres de la zone euro et les 'institutions' ont tenu une réunion informelle pour discuter de l'expiration imminente de l'actuel accord financier du FESF (Fonds européen de stabilité financière) avec la Grèce à la suite de la rupture des négociations avec les autorités grecques. "Le renforcement de l'Union économique et monétaire a été déterminant pour surmonter l'héritage de la crise financière. Nous avons progressé de façon notable sur la consolidation budgétaire, mis en oeuvre d'ambitieuses réformes structurelles, amélioré notre gouvernance budgétaire et économique, approfondi l'intégration financière et établi des pare-feux efficaces. "Nous sommes dans une position bien plus forte que pendant la crise. "Les Etats membres de la zone euro entendent utiliser pleinement tous les instruments disponibles pour préserver l'intégrité et la stabilité de la zone euro. "Cela complétera toutes les actions que la Banque centrale européenne pourrait prendre en pleine indépendance et conformément à son mandat. Le FESF et le MES (Mécanisme européen de stabilité) demeurent les instruments forts, bénéficiant de notre plein soutien, qu'ils ont toujours été. "Nous nous engageons à prendre toutes les mesures nécessaires pour améliorer la résilience de nos économies. Nous nous tenons prêts à entreprendre des mesures décisives pour renforcer l'Union économique et monétaire. "Nous soulignons que l'expiration de l'accord financier du FESF avec la Grèce, sans perspectives immédiates d'un accord de suivi, va requérir de la part des autorités grecques, avec l'assistance technique des institutions, des mesures pour sauvegarder la stabilité du système financier grec. "L'Eurogroupe surveillera très étroitement la situation économique et financière en Grèce et l'Europe se tient prêt à se réunir de nouveau pour prendre des décisions appropriés là où ce sera nécessaire dans l'intérêt de la Grèce, membre de la zone euro. "Nous nous tenons prêts à assister et soutenir la Grèce et le peuple grec à la suite de l'expiration de l'accord financier du FESF." LIENS ENCADRE Les scénarios pour la Grèce en cas de défaut ID:nL5N0ZD0J9 ENCADRE sur les points de divergence ID:nL8N0ZC33W VERBATIM L'allocution de Tsipras sur la tenue d'un référendum ID:nL8N0ZD029 Pour retrouver la CHRONOLOGIE de la crise grecque ID:nL5N0Z60CI (Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1736621 le dimanche 28 juin 2015 à 09:53

    Bref, on attête les discussions, mais on leur donnera de lk'argent. Copnclusion : les grecs gagnent

Partenaires Taux