Verbalisé à l'étranger : parfois l'amende, jamais la perte de points

le
0
DROIT DE LA ROUTE - Pour mieux comprendre l'environnement juridique de l'automobiliste et lui permettre de mieux se défendre.

Pour nombre de conducteurs français, les infractions routières commises à l'étranger ne présentent pas beaucoup de risques pour leur portefeuille et surtout pour leur permis. Or, dans le cas d'une interpellation, surtout si l'infraction commise est grave, il est aussi difficile d'échapper à une sanction que sur les routes françaises. De plus, certains États, comme le Luxembourg et la Suisse, ont créé un fichier des conducteurs étrangers dans lequel leurs infractions sont systématiquement enregistrées. Et les récidivistes pourront se voir retirer par les autorités de ces pays le droit de conduire sur le territoire.

Ce qu'il faut savoir

Si les pays de l'Union ont pour la plupart emboîté le pas de l'Allemagne, qui, dès 1974, s'est dotée d'un permis à points, il reste encore quelques notables exceptions parmi les membres historiques, tels la Belgique (qui n'a exigé un permis de conduire qu'au milieu des années 1960), les Pays-Bas, le Portugal et la si vertueuse Suü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant