Veolia veut réaliser 50% de son CA avec des industriels

le
0

PARIS (Reuters) - Veolia Environnement entend réaliser plus de la moitié de son chiffre d'affaires avec des clients industriels d'ici cinq ans, a déclaré le PDG du groupe.

Veolia avait précédemment indiqué qu'il voulait faire passer d'ici 2015 de 30 a 40% la part de ses ventes réalisées avec des clients industriels.

"Nous voulons augmenter notre chiffre d'affaires avec les clients industriels pour passer la part du 35% de ce chiffre d'affaires (...) à plus de 50% dans 5 ans", a déclaré Antoine Frérot lors d'une présentation à la presse des métiers du groupes de services aux collectivités.

Le groupe a également confirmé les objectifs de cession et d'économie et ajouté qu'il entendait également réaliser plus de 50% de son chiffre d'affaires sur les marchés en croissance d'ici cinq ans.

Veolia cible particulier les pays d'Europe centrale et orientale, la Chine et le reste de l'Asie, le Moyen-Orient, l'Australie et l'Amérique latine.

La France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Amérique du Nord représentaient encore près de 65% de son chiffres d'affaires de 29,6 milliards d'euros en 2011.

"(Nous voulons) tout d'abord aller chercher plus rapidement les meilleurs relais de croissance, mais aussi protéger la rentabilité de nos marches matures", a déclaré le PDG, Antoine Frérot, lors de cette présentation.

"Ces deux enjeux, il nous faut les satisfaire simultanément, parce qu'ils sont aussi importants l'un que l'autre", a-t-il ajouté.

Veolia, qui a en 2012 réfléchi puis renoncé a un rapprochement avec son concurrent Suez Environnement, a confirmé qu'il souhaitait réduire ses coûts d'exploitation bruts de 270 millions d'euros en 2013, 370 millions en 2014 et 500 millions en 2015.

Le groupe a également réaffirme son objectif de cessions de cinq milliards d'euros sur la période 2012-2013.

Son PDG avait indique le 17 janvier que Veolia avait pratiquement un an d'avance sur ce plan.

Vers 10h50, le titre Veolia progressait de 2,2% à 9,308 euros, surperformant l'indice sectoriel européen (+0,2%). Le titre a gagné plus de 8% en 2012, pour une capitalisation boursière proche de cinq milliards d'euros.

Benjamin Mallet et Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant