Veolia va gérer l'eau potable et l'assainissement de l'Arménie

le
0
VEOLIA VA GÉRER L'EAU POTABLE ET L'ASSAINISSEMENT DE L'ARMÉNIE
VEOLIA VA GÉRER L'EAU POTABLE ET L'ASSAINISSEMENT DE L'ARMÉNIE

PARIS (Reuters) - Veolia a annoncé lundi avoir remporté un contrat d'affermage des services d'eau et d'assainissement de l'ensemble du territoire arménien pour un montant de 800 millions d'euros sur 15 ans.

Le numéro un mondial de la gestion de l'eau et des déchets a souligné dans un communiqué que cette délégation de service public lui permettrait d'étendre à l'ensemble de la population arménienne les services qu'elle fournit déjà depuis dix ans à la capitale Erevan, qui compte un million d'habitants.

"A l'horizon 2030, ce seront trois millions de citoyens arméniens que Veolia alimentera en eau potable", a précisé le groupe.

Dans le cadre du contrat, Veolia s'est vu confier la gestion des installations de production et distribution d'eau potable et de traitement des eaux usées, le développement et l'amélioration du rendement du réseau de distribution d'eau dans l'ensemble du pays.

Malika Ghendouri, directrice générale adjointe de la zone Europe centrale et orientale de Veolia, a précisé à Reuters que le groupe avait été retenu pour le contrat à l'issue d'un appel d'offre international auquel avaient également participé l'italien Acea, le français Saur et un consortium composé d'acteurs arméniens, allemands et russes.

Elle a en outre souligné que l'Arménie pouvait constituer pour Veolia une base de développement dans le Sud du Caucase, avec l'objectif, sur le marché municipal, de privilégier des contrats d'affermage qui consistent pour le groupe à louer des actifs de production et non à les détenir.

"On ne s'arrêtera pas là et nous avons même été sollicités par des services d'eau de différentes pays (...). J'ai une idée très précise des missions qui vont suivre dans des pays pas très lointains", a-t-elle dit lors d'un entretien par téléphone.

"Nous avons également du travail à faire (...) dans le pays pour essayer de transformer l'essai sur notre segment de développement plus récent qui est celui des contrats industriels."

Malika Ghendouri a aussi souligné que, dans sa zone Europe centrale et orientale, qui a représenté un chiffres d'affaires de 2,9 milliards d'euros en 2015, Veolia était "complètement orienté vers le développement" mais que le groupe choisirait des géographies "raisonnablement risquées" présentant une stabilité juridique et réglementaire suffisante.

(Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant