Veolia va encore réduire ses coûts et s'engage sur son dividende

le , mis à jour à 15:11
0
    * 600 mlns d'économies visées sur 2016-2018 
    * Le groupe veut améliorer la performance de ses usines 
    * Veolia prévoit une hausse de son dividende de 10% par an 
    * L'action enregistre la plus forte hausse du CAC 40 
 
 (Actualisé avec conférence de presse) 
    par Benjamin Mallet 
    PARIS, 14 décembre (Reuters) - Veolia  VIE.PA  a annoncé 
lundi un nouveau plan de réductions de coûts de plus de 600 
millions d'euros sur la période 2016-2018 et une hausse de son 
dividende de l'ordre de 10% par an au même horizon, le groupe 
continuant de viser une croissance soutenue auprès de ses 
clients industriels. 
    Le numéro un mondial du traitement de l'eau et des déchets a 
précisé à l'occasion d'une journée investisseurs que son nouveau 
plan d'économies, qui fera suite à 800 millions d'euros nets de 
réductions de coûts entre 2011 et fin 2015, reposerait à hauteur 
de 45% sur "l'efficacité opérationnelle", à 35% sur les achats 
et à 20% sur la réduction des frais généraux. 
    "Nous avons 10.000 usines de différentes catégories (...), 
l'efficacité industrielle consiste à amener la performance 
industrielle de l'ensemble de ces catégories (au niveau de) la 
meilleure que nous ayons atteint quelque part", a précisé son 
PDG, Antoine Frérot, lors d'une conférence de presse. 
    Veolia a pour ce faire défini des critères de performance 
pour chacune de ses catégories d'usines avant de mesurer et 
comparer l'efficacité de ses sites, par exemple en matière de 
disponibilité ou de consommation d'énergie.   
    Le groupe a en outre annoncé que son dividende devrait 
s'établir à 0,73 euro par action en numéraire au titre de 2015, 
contre 0,70 euro au titre de 2014, alors qu'il était inchangé 
depuis 2011. 
    Vers 14h15, l'action Veolia progressait de 2,60% à 21,675 
euros, enregistrant la plus forte hausse d'un CAC 40 en repli de 
0,54%.  
    Bryan Garnier a évoqué dans une note un plan de croissance 
"clairement solide et attractif", bien que largement en ligne 
avec ses estimations, tandis que Kepler a jugé les perspectives 
de Veolia "prometteuses" et estimé que les annonces du groupe 
confirmaient son retour "dans un cercle vertueux".  
     
    VEOLIA VISE UN EBITDA STABLE EN FRANCE   
    Pour 2016-2018, Veolia vise une reprise progressive de la 
croissance de son chiffre d'affaires, pour atteindre entre 2% et 
3% par an en moyenne, et une croissance moyenne de son résultat 
brut d'exploitation (Ebitda) de l'ordre de 5% par an en moyenne. 
    Le groupe a précisé que ses ventes progresseraient grâce à 
un rééquilibrage de ses activités entre clientèle municipale et 
industrielle et à son renforcement hors d'Europe. 
    Il prévoit de croître d'environ 2% par an en moyenne sur le 
marché des clients municipaux et d'environ 5% par an auprès des 
industriels, en concentrant ses efforts sur six segments: les 
secteurs pétrolier, gazier et chimique; les mines, les métaux et 
l'énergie; l'agroalimentaire; la pharmacie et les déchets 
dangereux; le démantèlement et l'économie circulaire. 
    Veolia table en outre pour 2018 sur un quasi-doublement de 
son free cash flow net à environ un milliard d'euros (contre 
plus de 500 millions en 2015) avant dividendes, en incluant des 
investissements de 1,6 à 1,7 milliard d'euros par an et à 
endettement financier net constant. 
    Au même horizon, il vise un résultat net courant part du 
groupe supérieur à 800 millions d'euros (contre plus de 550 
millions en 2015), un Ebitda de 3,5 milliards environ (contre 3 
milliards) et des ventes supérieures à 27 milliards d'euros 
(contre 25 milliards). 
    Alors que Veolia a bâti son plan sur l'hypothèse d'un 
contexte économique mondial stable, son PDG a précisé que la 
croissance prévue dans le cadre du nouveau plan stratégique 
serait essentiellement organique et complétée par des 
acquisitions de taille petite ou moyenne, ces dernières devant 
être financées le cas échéant par des cessions. 
    Antoine Frérot a aussi indiqué que Veolia, outre son souhait 
de sortir de Transdev, espérait pouvoir céder la Sade, sa 
filiale en charge des travaux sur les réseaux d'eau, au premier 
semestre 2016. 
    Après avoir réduit ses effectifs d'environ 300.000 personnes 
à fin 2011 à 180.000 aujourd'hui en raison notamment des 
cessions d'actifs, Veolia continuera d'adapter ses "moyens 
matériels, financiers et humains au contexte de (ses) activités" 
partout dans le monde, a-t-il également dit. 
    Tout en soulignant que ses activités en France sont 
certainement celles "qui souffrent le plus", à cause de la 
baisse des volumes de déchets ménagers et industriels et de la 
pression sur les marges dans l'eau, Veolia table sur une 
stabilité de leur Ebitda d'ici à 2018. 
    La France ne représente plus que 22% des ventes de Veolia, 
contre plus de 40% en 2011.    
     
    Le communiqué : 
    http://bit.ly/1NrFezq 
     
    La présentation (en anglais) : 
    http://bit.ly/1Y9RMFY 
 
 (Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean-Michel 
Bélot) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant