Veolia Environnement: le temps de la reconquête

le
0
Au premier semestre, l'excédent brut d'exploitation a bondi de 16,5%, à 1,5 milliard d'euros, pour un profit net multiplié par plus de deux, à 321 millions. (© Veolia)
Au premier semestre, l'excédent brut d'exploitation a bondi de 16,5%, à 1,5 milliard d'euros, pour un profit net multiplié par plus de deux, à 321 millions. (© Veolia)

Pendant plusieurs années, Veolia et son PDG ont fait le dos rond. L’un subissant les renégociations de con­trats dans l’eau en France, néfastes pour sa rentabilité. L’autre encaissant des attaques internes et externes déstabilisantes. De cette période troublée, le géant de l’environnement et Antoine Frérot sortent la tête haute. Le polytechnicien n’est plus contesté. Le groupe renoue avec la croissance de ses bénéfices. Au premier semestre 2015, son excédent brut d’exploitation a bondi de 16,5%, à 1,5 milliard d’euros, pour un profit net multiplié par plus de deux, à 321 millions. 

Un redressement applaudi à la Bourse de Paris : en trois ans l’action a été multipliée par 2,3. La capitalisation boursière du groupe est repassée devant celle de son concurrent, Suez Environnement, un temps mieux valorisé. La période de restructuration touche à sa fin, mais qu’en est-il de la bonne dynami­que de l’action en Bourse ?

Sa stratégie

En 2011, peu d’observateurs pensaient Veolia capable d’atteindre ses ambitieux objectifs. Le PDG promettait alors 470 millions d’euros de réduction de coûts d’ici 2015 et une baisse de l’endettement de 15 milliards à moins de 12  milliards en vingt-quatre mois. Depuis, force est de constater que la société est allée au-delà de ses promesses. D’ici fin 2015, les économies de coûts cumulées

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant