Veolia Eau prévoit de supprimer 700 postes en France en 2014

le
3
Veolia Eau prévoit de supprimer 700 postes en France en 2014
Veolia Eau prévoit de supprimer 700 postes en France en 2014

Mauvaise nouvelle sur le front de l'emploi. La branche eau de Veolia Environnement va supprimer entre 700 et 750 postes administratifs en France en 2014 parmi ses 15.000 employés. Selon les syndicats, un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) va être mis en place. La direction parle, elle, d'un plan de départs volontaires «ouvert à 700 personnes» dans les services support.

«Lors d'un comité central d'entreprise (CCE) extraordinaire jeudi, la direction nous a annoncé la mise en place d'un PSE touchant entre 700 et 750 emplois », a affirmé mardi Franck Le Roux, délégué central CGT, premier syndicat chez Veolia Eau. «Cela fera plus de 2.000 suppressions de postes avec l'annonce du début de l'année», a assuré Christophe Gandhillon, délégué central FO.

Pour la CGT, avec ce plan de départs, Veolia environnement compte renforcer ses activités à l'international au détriment de la France. En clair, selon le syndicat, Véolia pourrait cèder son activité eau en France à Vinci. «Des sources diverses et concordantes nourrissent les inquiètudes des salariés», explique le syndicat, pour qui les signes ne trompent pas. Le 11 décembre, lors du Conseil d'administration, la direction pourrait annoncer une nouvelle réorganisation en trois zones géogrpahiques au lieu des sept actuelles. En outre, la direction, qui sensibilise depuis longtemps les salariés à la mobilité internationale en leur proposant des cours d'anglais, vient de nommer la directrice des ressources humaines comme coordinatrice de la gestion des carrières pour les zones Asie, Australie, Nouvelle-Zélande et Europe du nord.

Privilégier les «départs naturels»

Pour la direction, le nombre total de départs sera inférieur à celui anticipé par les syndicats. «On avait annoncé 1500 départs en avril, cela sera 1600 en tout avec, en plus, 500 personnes qui seront reclassées à l'intérieur du groupe pour faire d'autre tâches, notamment des travaux que l'on ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gnapi le mercredi 4 déc 2013 à 10:53

    Ce n'interpelle aucun législateur, aucun gouvernement et autre apparatchick du redressement productif cette hémorragie ? Ou plutot la mort des PME et le recentrage hors de France des grands groupes internationaux ?Et là ils ne plaident pas pour le racisme anti-grands groupes ou anti-entreprise.

  • olive84 le mercredi 4 déc 2013 à 06:05

    et oui il ft conserver les marges....histoire de payer les actionnaires !!

  • M7702230 le mercredi 4 déc 2013 à 00:42

    Tres bien choisie cette image pour illustrer l'article, Mr Boursorama. Exactement pareil pour l'action: tronconee depuis 5 ans.