Veolia Eau envisage de supprimer 1.500 postes en France

le
0
VEOLIA COMPTE SUPPRIMER 1.500 POSTES EN FRANCE EN 2013 DANS SA DIVISION EAU, SELON LA CGT
VEOLIA COMPTE SUPPRIMER 1.500 POSTES EN FRANCE EN 2013 DANS SA DIVISION EAU, SELON LA CGT

PARIS (Reuters) - Veolia Environnement prévoit de supprimer 1.500 postes dans sa division Eau en France, a-t-on appris mercredi auprès des syndicats et du groupe de services aux collectivités.

Ce plan concernerait près de 10% des effectifs de la seule activité exploitation de Veolia Eau en France et serait mis en oeuvre, selon les syndicats, à travers des départs volontaires qui auraient lieu dès 2013.

Les suppressions de postes envisagées découlent d'un plan d'économies mis en place depuis 2011, Veolia cherchant à faire face à la pression des municipalités sur ses marges et à des non-renouvellements de contrats dans l'eau en France.

"Veolia a annoncé hier en comité central d'entreprise un plan de départs volontaires qui serait de 1.500 personnes, voire plus puisque tout un volet n'est pas défini", a déclaré à Reuters Franck Le Roux, délégué syndical central (CGT) de Veolia Eau.

"La direction a proposé des négociations jusqu'au mois de juin et la mise en place du plan sur les derniers mois de l'année", a-t-il ajouté.

Un porte-parole de Veolia a confirmé que 1.500 postes étaient concernés, sans donner de précision sur un calendrier, parlant d'une "négociation globale sur l'emploi".

Hervé Deroubaix, délégué CFDT, a de son côté déclaré que son syndicat n'était "pas prêt pour l'instant à négocier quoi que ce soit".

"On veut d'abord vérifier l'ensemble des chiffres que la direction devra nous apporter sur la pertinence de son choix (...) On n'est pas surpris de cette annonce car ça fait quand même deux ans qu'on interpelle la direction sur la problématique de l'emploi", a-t-il ajouté.

Veolia Environnement indiquait fin février qu'il employait près de 230.000 personnes dans le monde, dont 70.000 en France. Son PDG Antoine Frérot déclarait alors que le groupe comptait en priorité sur le non-renouvellement des départs naturels qui ont lieu chaque année pour réduire ses effectifs.

Benjamin Mallet, avec Dominique Vidalon, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant