Veolia amplifie ses mesures de crise après un semestre décevant

le
0

par Noëlle Mennella

PARIS (Reuters) - Veolia Environnement a décidé d'amplifier ses réductions de coûts et de geler des investissements pour faire face à la crise économique et réaliser ses objectifs 2012-2013, après des résultats semestriels jugés décevants.

En Bourse, l'action Veolia accusait le coup. Réservée à la baisse à l'ouverture, elle perdait 8,5% à 8,436 euros à 10h50 vers 10h30 à 8,50 euros, réduisant à 0,50% son gain depuis le début de l'année après un plongeon de 61% en 2011.

Le spécialiste du traitement de l'eau et des déchets, pourtant en avance sur le plan stratégique mis en oeuvre sur la période 2012-2013, a constaté en avril les impacts sur son activité de la dégradation de l'environnement économique, a expliqué son président-directeur général Antoine Frérot.

Lors d'une conférence de presse téléphonique, il a précisé que la situation était particulièrement difficile en Italie et que le groupe devait subir des pressions tarifaires lors de renouvellements de contrats dans ses marchés matures.

Ainsi, en complément du plan stratégique présenté en décembre pour faire face à la crise, Veolia Environnement va accroître de 50 millions d'euros les réductions de coûts bruts qui seront réalisées, relevant ainsi le niveau d'économies à 270 millions en 2013 et à 500 millions en 2015.

En outre, sur la période 2012-2013, le groupe gèlera 500 millions d'euros d'investissements sur 2012-2013.

Plus de 300 projets de réductions de coûts "à effets rapides" ont été approuvés à fin juillet et les premières mesures mises en oeuvre ont permis d'initier 109 millions d'euros d'économies brutes au titre de 2012, a également indiqué Antoine Frérot.

Veolia Environnement a réalisé au 30 juin 1.626 millions d'euros de cessions industrielles et financières.

Dans ce contexte, Antoine Frérot a estimé que le programme de désendettement de cinq milliards d'euros couvrant la période 2012-2013 devrait être dépassé puisque trois milliards avaient d'ores et déjà été réalisés à ce jour.

L'ACTIVITÉ EAU A PESÉ AU S1

Prié de faire le point des négociations sur la cession de Veolia Transdev, le PDG a indiqué qu'il n'était pas sûr que cette filiale de transports urbains serait cédée d'ici la fin de l'année.

Il a dit avoir reçu une offre ferme au premier semestre qui n'a pas obtenu l'accord de la Caisse de dépôts (CDC), son partenaire au sein de Veolia Transdev.

"Nous sommes en discussions actives avec la CDC pour élaborer une solution alternative. Je ne peux pas vous dire si (l'opération) interviendra d'ici à la fin de l'année", a déclaré Antoine Frérot.

"Je ne cache pas qu'il puisse y avoir des solutions à deux avec la CDC mais aussi des solutions avec des tiers qui viendraient compléter le dispositif. Nous avons des discussions dans les deux voies mais je ne dévoilerai pas le nom des nouveaux partenaires avec lesquels nous travaillons."

Pour la période 2012-2013, Veolia Environnement a notamment pour objectif de réduire son endettement financier net en dessous de 12 milliards d'euros (14.693 millions au30/06/2012). Il compte verser un dividende de 0,7 euro par action au titre de l'exercice 2012.

Après 2013, le groupe vise une croissance organique de son chiffre d'affaires de plus de 3% par an, et une croissance de sa capacité d'autofinancement opérationnelle de plus de 5% par an.

Au premier semestre, Veolia Environnement a accusé une baisse de 26,7% à change constant de son résultat opérationnel récurrent à cause notamment de l'affaiblissement de son activité Eau.

Le résultat net part du groupe ressort à 153,1 millions d'euros, après une perte de 67,2 millions d'euros un an plus tôt tandis que son chiffre d'affaires a augmenté de 1,6% à 14,8 milliards d'euros.

"Même retraité des éléments non récurrents, le bénéfice par action du premier semestre est à peu près 25% au-dessous du consensus", commente un analyste d'Exane BNP Paribas, qui a requis l'anonymat.

"Sur l'année, la coupe sur les estimations de BPA devrait être d'au moins autant. S'agissant des mesures mises en oeuvre par le groupe, on attend de voir leur impact sur les résultats", ajoute-t-il.

Chez CM-CIC Securities, Oliviez Bails juge que l'augmentation du programme d'économies de coûts est une bonne nouvelle et maintient son opinion à "conserver" sur la valeur ainsi que son objectif de cours à 11 euros.

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant