Veolia achète Kurion, spécialiste de l'assainissement nucléaire

le
0
    * Acquisition pour une valeur d'entreprise de $350 mlns 
    * CA de $350 à 400 mlns/an en 2020 sur le marché nucléaire 
    * Première acquisition moyenne dans le cadre du plan 
2016-2018 
 
 (Actualisé avec conférence de presse) 
    PARIS, 3 février (Reuters) - Veolia  VIE.PA  a annoncé 
mercredi l'acquisition de la société américaine Kurion, start-up 
californienne spécialisée dans les technologies d'assainissement 
nucléaire, pour un montant de 350 millions de dollars (libre de 
trésorerie). 
    Le groupe français a précisé dans un communiqué qu'il 
prévoyait des synergies à moyen terme avec Kurion "pour 
développer une offre intégrée en assainissement et reprise des 
équipements, ainsi que pour le traitement des déchets solides et 
liquides". 
    Cette offre sera proposée au secteur nucléaire 
(installations et centres de recherche, en activité et en 
démantèlement) mais aussi aux industries pétrolière et 
pharmaceutique, a également indiqué Veolia. 
    Le numéro un mondial du traitement de l'eau et des déchets 
avait déjà conclu un accord de collaboration avec le 
Commissariat à l'énergie atomique et dipose d'une filiale, 
Asteralis, spécialisée dans la caractérisation des déchets et 
l'évaluation des installations nucléaires. Ses ventes liées au 
secteur nucléaire ont atteint 20 millions de dollars en 2015. 
    Avec Kurion, Veolia pense atteindre à horizon 2020 des 
chiffres d'affaires annuels de 250 millions de dollars dans le 
traitement de déchets faiblement radioactifs et de 100 à 150 
millions de dollars dans l'assainissement des équipements 
nucléaires, en visant en priorité les Etats-Unis, le 
Royaume-Uni, la France et le Japon. 
    Fondée en 2008, Kurion dispose de technologies de séparation 
et vitrification des déchets radioactifs et d'accès robotisé aux 
sites. La société a notamment mis en place un système de 
traitement mobile de l'eau de la centrale de Fukushima, au 
Japon. 
    Veolia a souligné que, sur les 391 réacteurs nucléaires 
commerciaux actuellement en service dans le monde, 100 à 150 
devraient être arrêtés d'ici 2030. 
    En matière de déchets, le groupe entend se concentrer sur 
les 97% de volumes qui représentent seulement 0,1% de la 
radioactivité. 
    "C'est un problème de volumes avant tout, qui pose 
d'ailleurs le problème du stockage (...). L'enjeu, c'est de 
diminuer les volumes pour pouvoir traiter cette plus faible 
radioactivité", a déclaré lors d'une conférence de presse son 
PDG, Antoine Frérot.   
    Après plusieurs années de désendettement, Veolia a souligné 
qu'il s'agissait pour lui de la première acquisition de taille 
moyenne dans le cadre de son nouveau plan pour la période 
2016-2018.   
    "Aujourd'hui, Veolia est en situation de pouvoir accélérer 
sur sa croissance", a déclaré Antoine Frérot. 
    "Il y aura d'autres opérations de consolidation, très 
certainement, pour compléter la gamme et les savoir-faire (dans 
le secteur nucléaire) (...). L'acquisition de Kurion sera 
complétée, si elle l'est, par des acquisitions de petite 
taille."  
    Vers 10h20, l'action Veolia se repliait de 0,11% à 22,335 
euros pendant que le CAC 40 était quasi stable (-0,04%). 
 
 (Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant