Ventes automobiles en forte hausse aux Etats-Unis en septembre

le
0

par Bernie Woodall et Ben Klayman

DETROIT (Reuters) - Les principaux constructeurs automobiles ont bénéficié d'une forte hausse de leurs ventes aux Etats-Unis au mois de septembre, ce qui éloigne, selon General Motors, le spectre du risque récessionniste.

GM a fait état lundi d'une hausse de 20% de ses ventes, contre 27% pour Chrysler (contrôlé par l'italien Fiat) et 9% pour Ford.

Le japonais Nissan a quant à lui bénéficié d'une hausse de 25% de ses ventes tandis que l'allemand Volkswagen a annoncé une progression de 36%.

Avec ces premiers chiffres, l'industrie automobile semble en bonne voie d'attendre les 13 millions de véhicules vendus sur le marché américain, en base annualisée, dans le haut de la fourchette prédite par les analystes.

Un tel rythme serait le plus élevé connu par le secteur depuis avril et une hausse de 10% par rapport aux ventes réalisées en septembre 2010.

Les chiffres de septembre ont été soutenus par le restockage des constructeurs japonais, par la stabilité des prix de l'essence et par une demande dictée par la volonté de certains automobilistes de remplacer des véhicules anciens, expliquent dirigeants et analystes.

Le directeur des ventes de GM, Don Johnson, a déclaré que les ventes automobiles conjuguées aux derniers indicateurs économiques "tendent à accréditer le scénario d'une croissance molle plutôt que celui d'une récession en 'W'".

GM a maintenu ses prévisions de ventes du secteur automobile pris dans son ensemble et dit s'attendre à une progression de ses ventes d'octobre à décembre.

Le numéro un américain du secteur prédit des ventes d'au moins 13 millions de véhicules. Ce chiffre inclut les véhicules commerciaux et les poids lourds. Il serait supérieur au rythme de 12,8 millions enregistré sur cette base depuis le début de l'année.

Autre signe de la résistance de l'économie, l'indice ISM manufacturier est ressorti en meilleure forme qu'attendu au mois de septembre.

Jonathan Browning, directeur général de Volkswagen pour les Etats-Unis, a estimé que les ventes de septembre laissaient penser que leur hausse sera modérée jusqu'à la fin de l'année.

"C'est difficile de faire le point parce que beaucoup de personnes sont inquiètes pour l'avenir et on le voit dans le sentiment du consommateur, dans les enquêtes sur la confiance du consommateur, mais en même temps, beaucoup reconnaissent que le moment est bien choisi pour acheter", a-t-il déclaré.

Les ventes automobiles américaines sont d'ailleurs très suivies car elles donnent des signes avancés de la tendance de la consommation.

TRÈS BON MOIS POUR CHRYSLER

Chrysler , troisième constructeur américain, a vécu son meilleur mois de septembre depuis 2007.

Des chiffres encore meilleurs sont attendus de la part de Toyota et Honda, qui ont tous les deux retrouvé un niveau de production complet et mis derrière eux les perturbations liées aux conséquences du séisme et du tsunami japonais de mars dernier.

De nombreux acheteurs ont d'ailleurs patienté tout l'été pour réaliser leurs acquisitions, le temps que les constructeurs nippons reconstituent leurs stocks.

"Les qualités et la couleur d'un véhicule ne sont pas des éléments sur lesquels les consommateurs ont des chances de transiger. Ils sont plus enclins à attendre. On se retrouve maintenant avec une demande en hausse et c'est exactement ce que nous souhaitions", a dit Rebecca Lindland.

Toyota et Honda n'ont pas hésité à proposer des remises destinées à faire revenir les consommateurs dans leurs concessions dès septembre.

Les ventes de véhicules légers neufs ressortaient en moyenne à 13,1 millions en rythme annualisé corrigé des variations saisonnières au cours des quatre premiers mois de l'année, mais une baisse du niveau de l'offre en véhicules et en équipements automobiles a commencé à produire des effets à partir de mai.

De mai à août, les ventes en rythme annualisé s'étaient inscrites à 11,8 millions.

La semaine dernière, Peter Nesvold, analyste chez Jefferies & Co, avait prédit que septembre serait le premier mois lors duquel les effets du séisme et du tsunami ne se refléteraient plus dans les ventes.

Nicolas Delame pour le service français, édité par Gregory Schwartz

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant