Vente-privée devrait voir son chiffre d'affaires grimper de 50%, dit Granjon

le
1
TROIS MILLIARDS D'EUROS DE CHIFFRE D'AFFAIRES POUR VENTE-PRIVÉE EN 2016
TROIS MILLIARDS D'EUROS DE CHIFFRE D'AFFAIRES POUR VENTE-PRIVÉE EN 2016

par Pascale Denis et Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - Vente-privée devrait voir son chiffre d'affaires grimper de 50% à 3,0 milliards d'euros en 2016, grâce à ses acquisitions en Europe, et réaliser une croissance interne de 20%, a déclaré à Reuters son PDG Jacques-Antoine Granjon.

Après son revers aux Etats-Unis il y a deux ans, le leader français du déstockage en ligne a changé de stratégie et mis le cap sur la croissance externe.

Il a fait porter l'effort en Europe, où il a multiplié les acquisitions et vient de prendre une participation majoritaire dans le polonais zlotewyprzedaze.pl après l'acquisition de la majorité du suisse e-boutic.ch et du danois Designers & Friends.

Il a également racheté cette année la totalité de l'espagnol Privalia, présent en Espagne, en Italie, au Brésil et au Mexique et dont les ventes dépassent les 500 millions d'euros.

En 2015, les ventes du groupe ont totalisé 2,0 milliards d'euros et la croissance organique a atteint 13%. La France pesait encore pour 60% du chiffre d'affaires.

"En 2017, nous devrions encore avoir une croissance interne à deux chiffres", a indiqué Jacques-Antoine Granjon en marge d'une conférence sur le luxe organisée à Paris par le magazine Vogue.

Les acquisitions ont visé des entreprises "rentables, leaders dans leurs pays et qui constituent de très puissants relais de croissance", a-t-il ajouté, estimant nécessaire d'avoir "des positions très fortes et profitables pour exister à long terme dans la distribution en ligne".

Les produits sont vendus sur le site pendant une période donnée avec une décote moyenne de 65%.

CONCURRENCE POUR LES STOCKS

Face à la concurrence d'Amazon qui investit massivement dans la mode, de Showroomprivé ou des "outlets", ces magasins qui écoulent les invendus à prix barrés, l'acquisition des stocks constitue un enjeu majeur. Plus difficiles à acquérir, ils voient leur prix monter.

"La puissance de notre media nous permet d’apporter aux marques à la fois notoriété supplémentaire et nouveaux consommateurs", plaide Jacques-Antoine Granjon.

En moyenne, selon lui, la moitié des clients ayant acheté un produit d'une marque donnée se rend dans une boutique de la marque dans le mois qui suit.

L'important traitement des données que le site peut collecter constitue aussi des informations précieuses pour les marques.

Le groupe français, présent maintenant dans 14 pays, principalement en Europe, revendique près de 50 millions de membres et 4,5 millions de visiteurs uniques par jour.

Afin de limiter sa dépendance vis-à-vis des marques de mode et de leurs fluctuants déstockages, Vente-privée s'est diversifié dans le voyage, le vin ou la billetterie de spectacles. L'entreprise s'est aussi lancée dans l'exploitation de salles de théâtre avec le rachat du Théâtre de Paris, de la Michodière et des Bouffes Parisiens.

Pour mener sa stratégie de croissance externe, Jacques-Antoine Granjon a remanié le comité exécutif de Vente-privée et remplacé il y a un an son directeur général par Charles-Hubert de Chaudenay, ancien banquier d'affaires du Crédit agricole et déjà membre du conseil d'administration du groupe.

A la question de savoir si la société pourrait un jour envisager une introduction en Bourse, le PDG a déclaré qu'une telle option n'était "pas du tout d'actualité même si évidemment on ne peut prédire l'avenir".

Le capital de l'entreprise est détenu par son PDG et ses associés, le fonds d'investissement américain Summit Partners depuis 2007 et le fonds qatari Qatar Holding depuis 2013.

(Edité par Dominique Rodriguez)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bali16 il y a un mois

    Il vend des fringues d'occasion. Pourquoi il n'est pas côté ?