Vente en ligne : le site DoctiPharma doit stopper la vente de médicaments

le
0
Vente en ligne : le site DoctiPharma doit stopper la vente de médicaments
Vente en ligne : le site DoctiPharma doit stopper la vente de médicaments

Le site qui se voulait le «référent» de la pharmacie en ligne ne pourra plus vendre de médicaments. La justice française a jugé «illicite» mardi la vente de médicaments sans ordonnance sur le site DoctiPharma, filiale de Doctissimo (groupe Lagardère Active), et «ordonné de faire cesser son exploitation».

 

Les pharmaciens se félicitent de la décision

 

L'Union des groupements de pharmaciens d'officine (UDGPO) «se félicite» dans un communiqué ce mercredi, que le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) lui ait donné raison. «Cette société commerciale n'a pas qualité de pharmacien d'officine et ne peut exercer cette activité, ni comme vendeur, ni comme intermédiaire dans la vente de médicaments», explique l'UDGPO. «La décision est parée de l'exécution provisoire, ce qui démontre que le juge a été sensible à l'urgence de faire cesser ce commerce illégal», souligne encore l'UDGPO.

 

Lagardère Active peut faire appel

 

Lagardère Active avait lancé en novembre 2014 le site DoctiPharma, filiale à 100% du site d'information santé Doctissimo. Le groupe de presse «prend acte» de la décision du tribunal et dira «dans les prochains jours» s'il compte interjeter appel ou non, a déclaré son porte-parole. «Cette décision interdit la possibilité de développer une grande plateforme française mise au service des pharmaciens, ce qui aura pour effet de favoriser des plateformes de vente opérant depuis l'étranger», estime le groupe.

 

301 sites en France pour 22.401 officines recensées

 

Depuis 2013, la commercialisation sur internet est autorisée pour les médicaments sans ordonnance et limitée aux pharmaciens inscrits à l'Ordre national des pharmaciens, ce qui fait qu'en pratique l'activité est adossée à une pharmacie. L'activité de vente en ligne de médicaments est très limitée en France. «Sur 22.401 officines recensées au 1er janvier 2015, seules 301 ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant