Vente des Mistral à la Russie : Paris aurait proposé de rompre le contrat

le , mis à jour à 13:54
12
Vente des Mistral à la Russie : Paris aurait proposé de rompre le contrat
Vente des Mistral à la Russie : Paris aurait proposé de rompre le contrat

Combien la France devra-t-elle payer ? La France a proposé à la Russie de résilier officiellement le contrat portant sur la livraison des porte-hélicoptères Mistral en remboursant les sommes déjà versées, à condition de pouvoir réexporter les navires de guerre. Mais Moscou, la capitale russe, refuse, jugeant la proposition financière insuffisante, selon le journal russe «Kommersant» de ce vendredi.

Selon le quotidien, Paris est prêt à rembourser à Moscou près de 785 millions d'euros, après que les autorités russes ont accepté par écrit que les deux Mistral, dont la livraison est suspendue depuis novembre 2014 en raison de la crise ukrainienne, puissent être revendus par la France à une tierce partie.

Le Kremlin, siège de la présidence russe, estime toutefois le préjudice à près de 1,163 milliard d'euros, et refuse tout accord pour une réexportation des navires avant que cet argent ne soit rendu, selon le quotidien économique, qui cite des sources au sein du complexe militaire russe.

Un accord espéré à la fin du mois

«Les projets de documents sont actuellement étudiés par le gouvernement russe, le ministère de la Défense et tous ceux engagés dans le contrat des Mistral», a expliqué au journal une source proche du dossier. «La proposition de remboursement formulée par la France ne nous convient catégoriquement pas, ce dont le vice-premier ministre, Dmitri Rogozine, a informé» la partie française, a indiqué une autre source. Selon un vice-directeur du service russe de coopération militaire et technique, les deux pays mènent actuellement des consultations et s'attendent à aboutir à un accord avant la fin mai. Il s'agit de «discussions amiables sur les conditions et l'avenir du contrat», selon une source diplomatique française. Le ministre russe des Affaires étrangères a, de son côté, affirmé que la question des Mistral ne relevait plus de la diplomatie ou la politique, mais de la «sphère ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Toti1926 le vendredi 15 mai 2015 à 18:13

    La parole de la France ne vaudra plus rien après ce dédit. Qui osera encore nous faire confiance?

  • guerber3 le vendredi 15 mai 2015 à 15:01

    Si les Américains décident que les acheteurs de "RAFALES", deviennent nos ennemis, ça va nous coûter cher...et nos cloches resteront couchées...!!!

  • LERINS le vendredi 15 mai 2015 à 14:35

    La France devrait refiler cette facture aux USA qui ne se sont pas gênés pour faire payer par ailleurs une très lourde amende à la BNP..... Nos dirigeants français et européens sont vraiment inféodés aux intérêts américains qui ne coïncident pas avec les réels intérêts des peuples européens.

  • pichou59 le vendredi 15 mai 2015 à 14:30

    ils vont être utilisés pour l'après 2017, il faudra bien loger les types du ps?

  • napo91 le vendredi 15 mai 2015 à 14:19

    Beaucoup de français ont dans leurs caves ou leurs greniers des emprunts russes qui ne valent plus rien. Ne pourrait-on pas les rajouter dans la négociation ?

  • ZvR le vendredi 15 mai 2015 à 12:05

    Heureusement le concept de trahison a été expurgé du droit français et européen en général.

  • ZvR le vendredi 15 mai 2015 à 12:04

    Hollande fait son travail deyoung leader de la french american foudation.

  • M6104458 le vendredi 15 mai 2015 à 11:49

    Et on vend des rafales aux monarchies archaiques du golfe qui les utiliseront un jour peut-être contre nous.

  • M6104458 le vendredi 15 mai 2015 à 11:48

    Et on vend des rafales aux monarchies archaiques du golfe qui les utiliseront un jour peut-être contre nous.

  • orthlie1 le vendredi 15 mai 2015 à 11:44

    Posture idéologique qui ne fait qu'aggraver le crédit que l'on peut avoir de la parole de notre pays