Vente de SFR : l'action Numéricable flambe après la décision de Vivendi

le
7

 

Suite à la publication du communiqué de Vivendi, l'action Numéricable s'est envolé.
Suite à la publication du communiqué de Vivendi, l'action Numéricable s'est envolé.

Rebondissement dans le feuilleton SFR. Vivendi a finalement préféré entrer en négociations exclusives pour trois semaines avec Altice, le propriétaire de Numéricable, plutôt qu'avec Bouygues. Un sérieux revers pour Martin Bouygues... et Xavier Niel. Retrouvez le communiqué officiel de Vivendi.

Dès ce matin sur Europe 1, Arnaud Montebourg avait préparé les esprits en expliquant, sur un ton faussement naïf, qu'il avait cru entendre que « les dirigeants de Vivendi avaient décidé coûte que coûte de vendre SFR à Numéricable ». La nouvelle a été confirmée peu après 14h : dans un communiqué de presse, le Conseil de surveillance de Vivendi « a décidé d'entrer en négociations exclusives avec Altice pour une période de trois semaines. » Le ministre du redressement productif était donc bien informé, SFR ne devrait pas tomber dans l'escarcelle de Bouygues, la proposition d'Altice ayant été jugée plus convaincante car offrant officiellement « une meilleure sécurité d'exécution ».

Dès l'annonce du communiqué, l'action Numéricable, introduite en novembre 2013 à la Bourse de Paris, s'est envolé. A 15h15, elle s'adjugeait 12,5% à 29,7 euros. De son côté, l'action Bouygues chutait à la même heure de 6,4% à 29,5 euros et Iliad (Free), qui par conséquent ne devrait pas récupérer le réseau de Bouygues, abandonnait 3,7% au-dessus de 202 euros.

Le désaveu est sévère pour Martin Bouygues qui avait laissé Patrick Drahi, le patron d'Altice (propriétaire de Numéricable), déposer son offre le premier avant de contre-attaquer le week-end dernier en dévoilant un accord visant à céder son réseau à Free pour 1,8 milliard d'euros en cas d'acquisition de SFR. Une nouvelle censée rassurer le régulateur des télécoms et les autorités de la concurrence au niveau européen. Mais la man½uvre n'aura pas suffi à convaincre les membres du Conseil de surveillance de Vivendi, organe qui compte notamment dans ses rangs Vincent Bolloré, un rival de longue date de Martin Bouygues.

L'offre d'Altice propose le versement de 11,75 milliards d'euros et 32% du nouvel ensemble à Vivendi. Jeudi, Bouygues avait pourtant relevé son offre à 11,3 milliards d'euros et proposait 43% du nouvel ensemble à l'actuel propriétaire de SFR.

J.G

Retrouvez le communiqué officiel de Vivendi :

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gaia2011 le vendredi 14 mar 2014 à 16:17

    La SNCF, mon cher Callamos, c'est pas tout à fait la même taille d'entreprise...

  • gaia2011 le vendredi 14 mar 2014 à 16:15

    Vendre au moins solvable il n'y a qu'en bourse qu'on voit ça...Pour moi cela ressemble fort à une arnaque spéculative, dans quelques mois Numéricable ne pourra plus faire face et sera revendu à Bouygues (ou autre) pour bien moins cher.

  • callamos le vendredi 14 mar 2014 à 15:48

    la SNCF est bien endettée de 40 Milliards d'Euros...

  • DADA40 le vendredi 14 mar 2014 à 15:48

    Combien va-t-on devoir payer pour renflouer la société nouvelle?

  • DADA40 le vendredi 14 mar 2014 à 15:46

    A titre de comparaison une société à fort investissement industriel qu'est Arcelormittal a une dette nette de un cinquième de son chiffre d'affaires. Soit un taux 10 fois plus faible. Et cette société a pour objectif de diminuer sa dette.

  • DADA40 le vendredi 14 mar 2014 à 15:41

    La dette nette de Numéricable représente déjà deux fois son chiffre d'affaires annuel! C'est vraiment énorme!

  • iparleau le vendredi 14 mar 2014 à 15:38

    l ego de montebourg ! quand les politiques veulent faire de l economie !