Vent de privatisations au Royaume-Uni

le
0
Le gouvernement britannique veut vendre ses parts dans le groupe Urenco, numéro deux mondial d'enrichissement de l'uranium.

Comme un dernier hommage à Margaret Thatcher, le gouvernement britannique se lance dans une série de privatisations. Il a décidé de frapper fort, avec ce que le Financial Timesappelle un «joyau de la couronne», le numéro deux mondial d'enrichissement de l'uranium Urenco. L'État, qui détient un tiers du capital, a trouvé un accord avec ses coactionnaires, le gouvernement néerlandais et les groupes énergétiques allemands E.on et RWE.

Le groupe est séduisant pour les investisseurs, puisqu'il détient 31% de parts de marché, mais son activité reste sensible. Aussi l'acheteur, qu'il s'agisse d'un fonds souverain, d'un fonds de pension ou d'une entreprise du secteur nucléaire (Areva avait récemment indiqué qu'il ne pourrait pas se désintéresser d'une telle opération si elle devait avoir lieu), devra répondre au devoir de «non-prolifératio...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant