Vénissieux : liste fantôme, municipales annulées

le
0
La liste fantôme d'Yvan Benedetti a entraîné l'annulation des élections municipales de Venissieux.
La liste fantôme d'Yvan Benedetti a entraîné l'annulation des élections municipales de Venissieux.

L'annulation de ce scrutin municipal revêt un enjeu politique particulier dans ce secteur de l'agglomération lyonnaise. En effet, dans ce fief historique du Parti communiste, tenu pendant des décennies par André Gerin, la maire PC sortante Michèle Picard n'avait sauvé son siège qu'au profit d'une quadrangulaire de second tour. La justice avait été saisie au lendemain du scrutin par le préfet du Rhône, ainsi que par le candidat de l'UMP Christophe Girard, arrivé en seconde position avec 30,4 % des voix.La raison de ce recours : une liste fantôme baptisée "Vénissieux fait front", présentée aux élections municipales de Vénissieux en banlieue lyonnaise par le nationaliste Yvan Benedetti, ex-membre turbulent du Front national et ex-président de l'OEuvre française, groupuscule d'extrême droite dissous en 2013 par le ministre de l'Intérieur. Certains candidats croyaient figurer sur une liste du Front national, tandis que d'autres, pour la plupart des personnes âgées, ignoraient carrément être candidats. L'irrégularité flagrante de cette liste vient d'amener le Conseil d'État, à la suite du tribunal administratif de Lyon, à annuler le scrutin municipal de mars dernier, mais également à déclarer l'inéligibilité pour un an d'Yvan Benedetti. "Cette manoeuvre, compte tenu du nombre de voix obtenues par la liste Vénissieux fait front et des écarts de voix entre les trois autres listes présentes au second tour, avait porté atteinte à la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant