Vengez-les !

le
0
Vengez-les !
Vengez-les !

Pour le début de leur Coupe du Monde, les U17 retrouvent ce soir, à 22h, un vieux copain de leurs homologues de la terre ovale : la Nouvelle-Zélande. Histoire de montrer qu'il nous reste un peu d'honneur et de fierté.

Michalak est encore là. Gisant sur le sol du Millenium, la cuisse prétendument claquée. Au loin, Brodie Retallick enfonce ses longs compas dans les vingt-deux derniers mètres français, sa gueule de taulard texan grande ouverte. Les Blacks passent la ligne fatidique pour la première fois, après seulement onze minutes de jeu. Huit autres essais suivront. Punition. Les Kiwis sortent leur plus grosse paire pour marcher sur un chétif coq gaulois. Les questions fusent instinctivement : comment se rhabiller après pareille déculottée ? Comment laver l'affront ? Comment sauver l'honneur des Bleus ? Premier élément de réponse : le ballon rond. Ce lundi soir, les U17 français affrontent la Nouvelle-Zélande pour débuter leur Coupe du monde au Chili, sous la montagne de Puerto Montt. 14 ans après le seul sacre trinidadien 2001, génération 84 de Sinama-Pongolle/Le Tallec/Meghni, deux ans après un rendez-vous manqué et quatre après un quart de finale perdu. Mais surtout après un Euro remporté haut la main, contre l'Allemagne en finale (4-1), la génération 98 a tout pour briller. Du moins, tout pour venger les copaings de l'Ovalie et tout pour que les All Whites broient du noir.

Vengez-les, honorez-les, coupez-les


" Vengez-les ! Honorez-les ! Si ces kiwis s'accrochent et grimpent aux lianes, coupez-les ! " On imagine déjà le discours de Giuntini avant le warm-up, pris dans une transe qui transpire le Sud. Pour le sélectionneur natif d'Aubagne, ce match serait presque devenu une affaire de famille, un repas où la vengeance est un plat qui se mange comme une patate chaude. Odsonne Édouard et Nanitamo Ikone (PSG) devant, Jeff Reine-Adelaïde (Arsenal) sur les flancs, Timothée Cognat (Lyon) et Bilal Boutobba (OM) à l'ouverture, et Luca Zidane (Real) sous les perches. Jean-Claude Giuntini a ses soldats. La fierté a ses noms, la vengeance a ses visages et l'honneur a son plan de jeu, lui. Quand l'encéphalogramme des darons du XV est " plat ", dixit Marc Lièvremont dans Le Monde, celui de la jeune garde du XI pète la forme. Et il faut dire qu'auréolé du titre de Champion d'Europe, les petits Bleuets ont toutes les armes pour réussir une belle campagne. Malgré quatre minuscules participations en quinze éditions, nos U17 nationaux font figure de favoris, avec les habituels Brésiliens, Mexicains et Nigérians (quatre fois vainqueurs, un record). Danny Hay, le coach des Néo-Zélandais, ne s'y trompe pas.…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant