Vengeances, trahisons et football

le
0
Vengeances, trahisons et football
Vengeances, trahisons et football

Ce vendredi, Lyon accueille Nice. Chez les Aiglons, trois anciens Lyonnais partis avec plus ou moins de fracas et d'amertume. A l'aller, Claude Puel, Hatem Ben Arfa et Jérémy Pied s'étaient fait plaisir en en passant trois à l'OL. La vengeance ou la trahison de ses anciennes couleurs, un grand classique du football.

La vengeance imprévisible : Mehdi Zeffane (Lyon-Rennes 1-2, Ligue 1, 22 août 2015)


Formé à Lyon, utilisé avec parcimonie depuis deux ans, Mehdi Zeffane a 23 ans en ce début de saison. Il est clairement temps de s'imposer ou de partir. Barré par Christophe Jallet, il voit le Brésilien Rafael débarquer pour concurrencer l'international français et n'a pas besoin qu'on lui fasse un dessin. Pour un million d'euros, Rennes le déloge et l'aligne le 22 août sur la pelouse de son club formateur. Comme ailier gauche alors qu'il est arrière droit de formation. Philippe Montanier aligne une défense à trois et aucun avant-centre de métier, il n'est donc pas à un coup de poker près. L'espace d'un match, le Franco-Algérien se transforme en virtuose et claque une passe décisive pour Pedro Henrique puis un but à la David Ginola grande époque. Depuis, on attend toujours un second match référence.

La vengeance grande classe épisode 1 : Carlo Ancelotti (Milan AC-Juventus 0-0, finale de la Ligue des champions 2003)


De 1999 à 2001, Carlo Ancelotti a entraîné la Juventus en remplacement de Marcello Lippi. Deux fois second, derrière la Lazio en 2000 puis l'AS Roma en 2001, il quitte le Piémont avec un bilan comptable honorable mais l'étiquette d'éternel numéro 2. Entre lui, l'ancien joueur de la Roma ou du Milan AC, et les Tifosi, la relation est exécrable, il se souvient même d'une virée en voiture sur la Piazza Crimea où il remarque l'inscription " un porc ne peut entraîner " sur un obélisque. L'Italien prend la plus belle des revanches deux ans plus tard en finale de Ligue des champions. Privée de Pavel Nedved suspendu, la Vieille Dame de Marcello Lippi se casse les dents sur le Milan AC du Mister. Une première victoire en C1 en tant qu'entraîneur, et le luxe pour Ancelotti de lâcher tranquillement une pique à son ancien employeur dans sa…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant