Venezuela : la crise politique s'aggrave après l'appel à une grève générale

le
1
Venezuela : la crise politique s'aggrave après l'appel à une grève générale
Venezuela : la crise politique s'aggrave après l'appel à une grève générale

En plein naufrage économique en raison de la chute des cours de pétrole, le Venezuela est également le théâtre d'une grave crise politique. Mercredi, l'opposition a mobilisé des centaines de milliers de personnes contre le président socialiste Nicolas Maduro. Les manifestants exigent le départ de l'héritier politique d'Hugo Chavez.

Au cours des différents rassemblements, plus de 20 personnes ont été blessées, dont quatre par balles, a ainsi déclaré Alfredo Romero, le directeur de Foro Penal, une ONG de défense des droits de l'Homme. Celle-ci a comptabilisé 80 arrestations à travers le pays. Le pouvoir en place, accusant les manifestants d'avoir dérapé, a fait état d'un policier tué par balles et de deux policiers blessés.

Ce mouvement était organisé en réponse à la suspension par le Conseil national électoral (CNE) du processus de référendum révocatoire en vue du départ du président Maduro. Ce processus aurait justement dû entrer mercredi dans sa dernière ligne droite avec un ultime recueil de signatures.

 

VIDEO. Venezuela : les opposants défilent dans la rue

 

Le gouvernement «ne laissera pas s'installer le chahut»

La tension entre antichavistes et gouvernement, qui s'accusent mutuellement de «coup d'Etat», ne devrait pas diminuer dans les prochains jours. L'opposition a appelé «à une grève générale (de 12 heures) vendredi» : «Tout le monde reste chez soi», a insisté Jesus Torrealba, secrétaire général de la coalition de la Table pour l'unité démocratique (MUD, centre), devant une foule immense à Caracas.

 

Le pouvoir en place a aussitôt répondu par le biais de son numéro 2 Diosdado Cabello, député et président du parti socialiste vénézuélien. Les entreprises qui répondraient à cet appel seront occupées «par les travailleurs et les forces armées», a-t-il prévenu. «Nous ne laisserons pas s'installer le chahut et nous verrons, messieurs les patrons, si vous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7163258 il y a un mois

    Il se passe au Venezuela ce qui se passe partout lorsque de démagogues incompétents prennent le pouvoir, idem Le Brésil ...