Venezuela : l'opposition reste inaudible

le
0
Face au dauphin de Hugo Chavez appuyé par l'appareil d'État, Henrique Capriles n'est pas favori de la présidentielle.

«Le problème c'est toi, Nicolas. En cent jours nous avons eu la dévaluation, plus l'inflation, plus l'insécurité. Le mois de février a enregistré un nombre record d'assassinats depuis quatre ans! Voilà ce que Nicolas a fait en 100 jours. Vous imaginez le désastre après cinq ans!» En meeting dans l'État de Merida, sous une pluie battante, Henrique Capriles Radonski a donné le ton de sa campagne pour la présidentielle du 14 avril où il sera opposé au dauphin désigné d'Hugo Chavez, Nicolas Maduro. Il a même eu du mal à arriver jusqu'au lieu du rassemblement.

Selon l'opposition, Nicolas Maduro a fait fermer l'aéroport de La Fria, ce qui a obligé Henrique Capriles Radonski à venir par la route. Il voulait se rendre dans l'église del Santo Cristo de la Grita, mais un marché «social populaire» a été organisé au dernier moment, en bloquant l'acc...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant