Venezuela : l'opposition appelle à 48 heures de «grève civique»

le
0
Venezuela : l'opposition appelle à 48 heures de «grève civique»
Venezuela : l'opposition appelle à 48 heures de «grève civique»

«Nous convoquons tout le peuple, tous les secteurs, à 48 heures de grève civique». Le député Simon Calzadillalors a lancé cet appel samedi au nom de la coalition politique la Table de l'unité démocratique (MUD), la coalition de l'opposition, samedi soir. 

Le député a également annoncé l'organisation d'une marche le 28 juillet prochain, marche qui visera à exiger que le président Maduro «retire» son projet d'assemblée constituante. Le dimanche 30 juillet doivent en effet être élus les 545 membres de cette assemblée censée réécrire l'actuelle Constitution.

L'opposition, majoritaire au Parlement, considère que les modalités prévues de désignation de ces membres ne sont pas équitables et favorisent le camp proche d'Hugo Chavez, dont l'actuel dirigeant, Nicolas Maduro est l'héritier.

 

Maduro campe sur ses positions

Nicolas Maduro a cependant exclu à plusieurs reprises de revenir sur son initiative de convoquer une assemblée constituante, malgré le refus de l'opposition, qui organise depuis près de quatre mois des manifestations presque quotidiennes, et en dépit des pressions internationales qui se multiplient. Depuis le début de ces manifestations, 103 personnes ont été tuées, selon le Parquet.

VIDEO. Nicolas Maduro, inflexible, le 19 juillet 2017

Le président a répété samedi soir qu'il ne céderait pas et s'est montré menaçant. «Nous serons implacables si l'on essaie de créer un processus de violence pour tenter d'empêcher ce qu'il est impossible d'empêcher», a déclaré Nicolas Maduro lors d'une interview à la télévision officielle VTV.

Mais l'opposition aussi est déterminée. «Avec une grande fermeté, le peuple va empêcher la fraude constituante», a lancé le député Calzadilla.

Une grève générale convoquée par l'opposition a déjà eu lieu jeudi et vendredi. La MUD a déclaré qu'elle avait été suivie à 85%, alors que Nicolas Maduro et d'autres responsables ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant