Venezuela : des milliers d'étudiants dans la rue un an après la mort de Chavez

le
0
Venezuela : des milliers d'étudiants dans la rue un an après la mort de Chavez
Venezuela : des milliers d'étudiants dans la rue un an après la mort de Chavez

Le mouvement dure depuis un mois, émaillé de violences qui ont déjà fait 18 morts et plus de 260 blessés. Plusieurs milliers d'étudiants et de sympathisants de l'opposition ont manifesté mardi à Caracas, la capitale du Venezuela, pour dénoncer l'insécurité et la délicate situation économique du pays. Cette manifestation monstre intervenait à la veille du premier anniversaire de la mort du président Hugo Chavez, auquel a succédé Nicolas Maduro. 

Revêtus de blanc pour la majorité, les manifestants brandissaient des pancartes et scandaient des slogans hostiles au gouvernement. Partis du parc Miranda, dans le quartier de Sucre, dans l'est de la capitale, ils se dirigeaient vers la zone voisine de Petare, l'un des bidonvilles les plus vastes d'Amérique latine. «La population des quartiers pauvres est aussi concernée. Le voleur ou l'assassin ne demande pas à quelle tendance politique tu appartiens», expliquait Mariana Fonseca, une styliste de 39 ans. Dans le même cortège, la sexagénaire Maria Eugenia Molina brandissait une pancarte barrée du mot "Paix". «Je suis prisonnière du gouvernement, de l'insécurité. Je dois faire la queue pour manger, ma retraite ne me suffit pas».

Une autre marche de quelques centaines de personnes a été organisée dans la capitale en l'honneur des victimes de la répression à l'appel de la députée de l'opposition Maria Corina Machado.

Caracas (Venezuela), mardi. La leader de l'opposition Maria Corina Machado (au centre) à la tête d'un rassemblement devant la base aérienne La Carlota. AFP PHOTO /LEO RAMIREZ

Ortega et Moralès présents à l'hommage à Chavez

Contrairement aux attentes, les manifestations et accrochages entre jeunes et forces de l'ordre n'ont pas faibli ces derniers jours, en dépit d'une série de six jours fériés à l'occasion du Carnaval, qui prenait fin mardi. Lundi soir, de nouveaux heurts ont opposé brigades antiémeute et protestataires qui ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant