Venezuela: ce qu'il faut savoir sur l'Assemblée constituante

le
0
Le président vénézuélien Nicolas Maduro serre contre lui le drapeau national, le 27 juillet 2017 à Caracas ( AFP / Federico PARRA )
Le président vénézuélien Nicolas Maduro serre contre lui le drapeau national, le 27 juillet 2017 à Caracas ( AFP / Federico PARRA )

Le président vénézuélien Nicolas Maduro joue son va-tout dimanche pour se maintenir au pouvoir: l'élection d'une Assemblée constituante, qu'il qualifie de "super-pouvoir", tandis que ses adversaires y voient la preuve que son pays est en train de verser dans la "dictature".

Voici ce qu'il faut savoir du processus qui doit aboutir à la modification de la Constitution promulguée par le défunt Hugo Chavez en 1999.

- Qui sera élu dimanche? -

Les 545 membres de l'Assemblée constituante qui siègeront à partir du 2 août dans l'hémicycle du Parlement, prenant la place des députés élus lors des législatives de fin 2015. L'opposition y avait remporté une large majorité.

- Comment seront-ils élus? -

364 élus représenteront les circonscriptions municipales (chaque municipalité ayant un constituant, sauf les capitales des Etats qui en auront deux, indépendamment de leur population), 173 seront désignés par des groupes sociaux (travailleurs, retraités, étudiants, paysans, handicapés, chefs d'entreprise...) et 8 par les communautés indigènes.

Selon l'expert électoral Eugenio Martinez, 62% des 19,8 millions de votants pourront voter deux fois (l'une en tant qu'habitant d'une municipalité et l'autre en tant que membre d'une des catégories sociales). L'opposition crie au scandale.

- Qui sont les candidats? -

Sur les quelque 50.000 candidatures, 6.120 ont été validées. Le mode de désignation, fixé par le chef de l'Etat et approuvé par le pouvoir électoral, interdisait les candidats provenant de partis.

Venezuela : election de l'assemblée constituante
Venezuela : election de l'assemblée constituante ( AFP / Anella RETA, Gustavo IZUS )

Pourtant, de haut responsables du pouvoir en place, membres du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV), y figurent, tels le député Diosdado Cabello, ou Adan Chavez, frère de l'ex-président Hugo Chavez.

- Pourquoi l'opposition refuse d'y participer? -

Les antichavistes (du nom de Hugo Chavez, président de 1999 à 2013) estiment que Nicolas Maduro cherche à s'accrocher au pouvoir, à contourner le Parlement élu et à éviter les présidentielles de fin 2018.

En outre, la coalition d'opposition de la Table de l'unité démocratique (MUD) assure que le chef de l'Etat était obligé, selon la loi, de soumettre à un référendum la convocation d'une élection pour une Assemblée constituante.

Ce qui, assurent les antichavistes, n'aurait jamais été approuvé. Sept Vénézuéliens sur dix rejettent la Constituante et la gestion du président, selon l'institut de sondage Datanalisis.

La MUD met en avant le fait qu'Hugo Chavez avait, lui, consulté la population avant de modifier la Constitution en 1999.

Estimant le mode de désignation des candidats à la Constituante verrouillé et le type de scrutin trop favorable au chavisme, l'opposition a choisi de boycotter le processus électoral. Le chavisme cherche à engranger un maximum de voix dans les zones rurales, ses bastions, assure la MUD.

- Que dit le gouvernement? -

Maduro affirme au contraire que l'élection de la Constituante est démocratique et qu'il avait bien la faculté de convoquer cette élection sans passer par un référendum.

"C'est le grand pouvoir dont nous avons besoin pour mettre de l'ordre au Venezuela. Nous avons besoin d'un pouvoir qui soit au-dessus de ceux qui sabotent le développement du pays", a déclaré le dirigeant socialiste, qui assure que le vote sera "direct, universel et secret".

Pour le président Maduro, l'objectif est de "perfectionner" la Constitution, en y inscrivant, par exemple, les programmes sociaux.

Le chef de l'Etat, qui attribue le naufrage du Venezuela à une "guerre économique" livrée par les milieux d'affaires, assure que cette assemblée permettra le redressement économique du pays pétrolier.

- Une participation minimum est-elle exigée? -

Il n'y a pas de seuil minimum, mais une forte abstention "porterait atteinte à la légitimité" de la Constituante, selon l'analyste Benigno Alarcon.

D'autant que l'opposition avait réuni 7,6 millions de votes, selon elle, lors de sa consultation symbolique du 16 juillet sur ce projet.

Aux législatives de fin 2015, le chavisme avait rassemblé 5,7 millions de voix. Mais la double participation des électeurs va permettre de "gonfler" ce chiffre, assure l'expert électoral Eugenio Martinez.

Aucun observateur international n'est prévu pour ce scrutin.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant