Venezuela : Capriles, l'atout de l'opposition

le
0
Issu d'une des familles les plus riches du pays, il peut à 40 ans revendiquer une carrière politique brillante. Face à Chavez, il se montre d'une redoutable efficacité.

Henrique Capriles Radonski, «el flaquito» (le maigre) paraît ne jamais s'arrêter. Depuis qu'il a été désigné lors d'une primaire en février 2012 pour défier Hugo Chavez à la présidentielle du 7 octobre prochain, il déploie une énergie étonnante. Mardi, il s'est rendu dans l'ouest du pays, à Miranda dans les Andes vénézuéliennes puis dans le nord-est du pays, à Barcelona. «Je fais deux ou trois meetings par jour et je veux qu'ils soient toujours éloignés les uns des autres. Ainsi on ne peut pas me soupçonner de déplacer les mêmes militants, d'un rassemblement à un autre.» Les réunions publiques semblent démultiplier ses capacités physiques. En six mois, elles lui ont donné une stature et une popularité que peu espéraient, au point d'agacer le camp chaviste.

Devant plusieurs dizaines de milliers de sympathisants réunis à Barcelona samedi, alors que le jour tombe, il bondit littéralement sur la scène vêtu ce jour-là d'une chemise jaune. Il alterne

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant