Venera 4 : "Beauvue est magique !"

le
0

Fier représentant de l'underground français, Venera 4 vient de sortir son premier album (Eidôlon), entre shoegaze et dream-pop. L'occasion pour Yann Canévet et Frédéric Tronel, les deux figures masculines du quatuor, de parler du Roudourou, du mélomane Gourvennec et de Stéphane Carnot.

Comment est née votre passion pour le foot ? Yann : Par la pratique. Contrairement à Frédéric qui ne jouait qu'au collège, j'ai joué en club jusqu'à mes 18 ans tout en suivant avec passion l'En Avant de Guingamp. La montée du National à la D1 en 1995 était quelque chose de beau.
Frédéric : Étant originaire des Côtes-d'Armor, Guingamp, c'est un peu le club de la région.
Yann : Avec Stéphane Carnot comme symbole (rires).
Même pas Drogba ou Malouda ? Yann : Non, c'était bien après ça. C'est pour les jeunes (rires).
Hormis Stéphane Carnot, il y a des joueurs de Guingamp qui vous ont particulièrement marqués ? Frédéric : Abdelhafid Tasfaout et Yannick Baret, forcément !
Yann : Sylvain Prat est devenu un copain aujourd'hui, donc je suis un peu obligé de le citer.
Frédéric : Après, je pourrais te citer un tas de joueurs comme Sylvain Deplace, Jérôme Foulon, Morten Nielsen, Eric Loussouarn, Nestor Fabbri ou Marek Jozwiak, un défenseur polonais qui faisait peur à voir. Ça en fait des joueurs mythiques pour une ville de 7 000 habitants.
Yann : Sans oublier les internationaux : Vincent Candela, Jean-Pierre Papin et Stéphane Guivarc'h. Bon, il vend des piscines aujourd'hui, mais quand même !
Frédéric : Ouais, c'est pas celui qui a le mieux réussi son après-carrière.
Yann : Il aurait dû mettre deux buts en finale contre le Brésil, ça aurait peut-être changé sa vie.
Comment expliquer que Guingamp, par intermittence, parvient à faire des coups sur la scène nationale ou européenne ? Frédéric : En ce moment, je pense que ça s'explique par le choix judicieux d'avoir nommé Gourvennec à la tête du club. En trois ou quatre ans, il a fait remonter l'équipe du National à la Ligue 1. En plus, le mec est plutôt intelligent dans le recrutement. Que ce soit Beauvue ou Dorian Lévêque, c'est du solide. Et puis il est fan des Smiths, ce qui est assez rare en France. C'est peut-être pour ça qu'il ne s'entendait pas très bien avec les mecs de l'OM. Il est peut-être un peu plus intelligent que les autres (rires).
C'est quoi votre tout premier souvenir...











Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant