Vends RC Toulon, 10 M¤ à débattre...

le , mis à jour à 09:44
0
Vends RC Toulon, 10 M€ à débattre...
Vends RC Toulon, 10 M€ à débattre...

Il parle. Beaucoup. De plus en plus. Trop, sans doute. Ses mots volent dans tous les sens, un peu comme s'ils jaillissaient pour le bouquet final d'un feu d'artifice qu'il ne maîtriserait plus. Mourad Boudjellal se déchaîne ces derniers temps. Le patron du RC Toulon s'est même mis en tête de se présenter à l'élection de la présidence de la Ligue, aujourd'hui, contre le président sortant Paul Goze, même s'il n'a « aucune chance », selon ses propres dires.

 

Pourtant son hyperactivité cache un malaise. A 56 ans, l'homme est en fait fatigué du rugby. « J'en ai marre de prendre des coups, de voir que les choses n'avancent pas dans ce sport, que les décisions sont confisquées par des gens qui n'ont jamais rien construit », lâche-t-il. Alors, comme nous l'annoncions dans notre édition du 6 septembre, il a décidé de vendre le club qu'il avait repris en 2006 en Pro D 2.

 

Depuis, les Varois ont remporté trois Coupes d'Europe (2013, 2014, 2015) et un titre de champion de France (2014), sous la férule de Bernard Laporte, le manageur arrivé fin 2011 et reparti cet été afin de briguer la présidence de la Fédération. Le RCT est devenu la plus grande puissance du Top 14 en enrôlant des stars planétaires. Une grosse machine dans une belle vitrine... qui a un prix.

 

Mourad Boudjellal détient 51 % des parts de la SASP (société anonyme sportive professionnelle). Depuis sa prise de pouvoir, il a injecté 7 MEUR, même si, aujourd'hui, il ne dépense plus rien, le budget (25,5 M€ par saison) étant équilibré.

 

L'ancien PDG fondateur des Editions Soleil (bandes dessinées), vendues en 2011, souhaiterait rentrer dans ses sous même s'il est prêt à consentir à des efforts. « Je me suis lancé dans cette aventure pour ma ville de toujours, pour que ce club revive des heures de gloire et pour faire rêver les gens. Je n'en ai jamais fait une question d'argent, je ne vais pas commencer maintenant. » S'il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant