Vendredi sanglant : les jihadistes frappent en Tunisie, au Koweit et en France

le , mis à jour à 12:20
2
Vendredi sanglant : les jihadistes frappent en Tunisie, au Koweit et en France
Vendredi sanglant : les jihadistes frappent en Tunisie, au Koweit et en France

Y a-t-il eu coordination, ou simple concomitance ? Les experts, en particulier les services de renseignement, s'interrogent au lendemain du vendredi sanglant, qui a vu quatre pays différents frappés par des attaques portant le marque des jihadistes. Trente-huit morts, en majorité britanniques, dans une fusillade dans un hôtel tunisien ; un chef d'entreprise décapité dans un attentat en France ; des dizaines de morts dans l'attaque d'une mosquée au Koweït et des dizaines d'autres sur une base en Somalie... Cette vague meurtrière survient trois jours après un appel du groupe Etat islamique (EI, alias Daech) incitant les musulmans dans le monde à engager la guerre sainte contre les «mécréants» durant le ramadan, qui a commencé le 17 juin.

QUESTION DU JOUR. Terrorisme : vous sentez-vous protégé ?

Tunisie : appel à l'aide du président  En Tunisie, l'EI a revendiqué l'attentat de vendredi contre un hôtel de Sousse, qui a fait 38 morts, en majorité des touristes Britanniques. L'attaque est l'oeuvre d'un homme arrivé qui avait caché son arme dans un parasol. «Le soldat du califat (...) a pu parvenir au but», indique un communiqué diffusé par des comptes jihadistes sur Twitter, affirmant que les victimes sont pour la plupart «des sujets des Etats de l'alliance croisée qui combat l'Etat du califat», en faisant référence à la coalition internationale bombardant les positions de l'EI en Irak et en Syrie. L'attentat survient près de trois mois après l'attaque le 18 mars de l'EI contre le musée du Bardo à Tunis, où 21 touristes et un policier avaient péri, nouveau coup dur au secteur vital du tourisme. Tunis ne peut pas faire face «seul» aux jihadistes et réclame une «stratégie globale» de lutte, a affirmé dans l'après-midi le président Béji Caïd Essebsi.

VIDEO. Attentat en Tunisie : El Kantaoui, la plage du drame

France : six mois après Charlie  En France, près de six mois après les attentats ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le samedi 27 juin 2015 à 12:36

    Victimes desarmees

  • M4358281 le samedi 27 juin 2015 à 12:35

    Victimes des armées sans défense. .même pas un couteau suisse...avec un colt sous mon transat j'aurais eu une chance..