Vendée : un millier de manifestants contre la porcherie industrielle

le
0
Vendée : un millier de manifestants contre la porcherie industrielle
Vendée : un millier de manifestants contre la porcherie industrielle

Au moins un millier de personnes ont manifesté samedi aux Sables d'Olonne (Vendée) contre un projet de porcherie industrielle dont les travaux de terrassement ont déjà débuté à Poiroux.

Les organisateurs ont fait état de 1 400 à 1 500 manifestants et la police n'a pas été en mesure de donner un chiffre de participation à ce rassemblement, organisé par un collectif d'associations environnementales du secteur et soutenu notamment par la Confédération Paysanne.

«Pas d'usine à cochon ni à Poiroux, ni ailleurs», pouvait-on lire sur la banderole de tête. «Non aux algues vertes», «lisier, eaux polluées», affirmaient d'autres pancartes émaillant cette manifestation familiale qui a longé le front de mer des Sables d'Olonne jusqu'au palais de justice.

Des manifestants, revêtus d'une combinaison rose et arborant un masque de tête de porc, brandissaient également des pancartes «Cochon en colère» ou «Je veux grandir au grand air».

Les sables d'Olonne : Manifestation contre l'usine à cochon de Poiroux pic.twitter.com/ZqsQczmGlS-- Emmanuel Brossier (@maaanu_com) 4 Avril 2015

Parmi d'autres élus présents dans le cortège, le maire d'Olonne, le député UMP Yannick Moreau, qui a pris la parole. Sur son site, où il annonçait sa participation, le parlementaire a notamment écrit : «Après avoir saturé et pollué la Bretagne, l'agriculture industrielle porcine cherche à tout prix à s'installer en Vendée, deuxième département touristique français. Nous ne nous laisserons pas faire (....) Comment l'Etat et Mme (Ségolène) Royal (ministre de l'Environnement, ndlr) peuvent-ils laisser reproduire le dramatique exemple breton ? », s'interroge le parlementaire.

La porcherie de Poiroux devrait compter environ 900 truies et produire quelque 23.000 porcelets par an. Les opposants réclament notamment la suspension des travaux de terrassement, lancés début mars, en dépit d'une procédure en cours ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant