Vendée Globe : un adieu en larmes

le , mis à jour à 09:38
0
Vendée Globe : un adieu en larmes
Vendée Globe : un adieu en larmes

Juché sur les épaules de sa maman, le petit Eliott, bientôt 2 ans, regarde la mer. Juste devant lui, l'emplacement réservé à Tanguy de Lamotte, son papa, durant ces trois dernières semaines, est désormais vide. Quelques minutes plus tôt, le marin d'« Initiatives-Coeur » avait embarqué sa petite famille. Le trio s'était alors isolé dans la cabine, une ultime fois avant que Tanguy ne s'échappe pour un long voyage en solitaire de quatre-vingts jours. Il fallait avoir le coeur bien accroché, hier matin, sur le ponton des Sables-d'Olonne.

 

C'est là, sur ces planches de bois, que les 29 marins font leurs adieux à la terre et à leurs familles, entre embrassades, rires et larmes. Les uns après les autres, les skippeurs embarquent, sous les applaudissements de dizaines de milliers de personnes. La musique irlandaise salue le départ d'Enda O'Coineen qui s'éloigne, gros cigare à la bouche. L'émotion est intense, les images fortes. Premier Asiatique à tenter un tour du monde, le Japonais Kojiro Shiraishi a revêtu la tenue de samouraï. Pas de ciré non plus pour Alan Roura (« la Fabrique »), plus jeune marin de la flotte, qui a préféré un pantalon blanc et un caban bleu marine. « Cette veste, je l'ai achetée en Nouvelle-Zélande, là où j'ai eu envie de me lancer, raconte le Suisse. Je m'étais toujours promis de la porter sur le chenal des Sables-d'Olonne. C'est le plus beau moment de ma vie, alors je voulais être moi. »

 

A 9 h 30, les amarres sont larguées, Alan pleure. Il n'est pas le seul. Sous les regards de sa famille venue de la Réunion, Morgan Lagravière (« Safran »), l'un des 14 bizuths, quitte le port. La tête en arrière, le voilà qui enfouit ses yeux sous son bonnet en laine pour sécher ses larmes. Francine Boissières serre, elle, son petit mouchoir en papier.

 

Arnaud, son fils, vit son troisième départ, elle a beau assurer qu'elle « s'habitue », qu'elle est « moins émue qu'avant », ses yeux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant