Vendée Globe : Thomson a dû réparer sa barre

le
0
Vendée Globe : Thomson a dû réparer sa barre
Vendée Globe : Thomson a dû réparer sa barre

L?incident est survenu samedi, mais il n?a été communiqué que lundi matin. Alex Thomson a connu de gros problèmes avec sa barre : son hydrogénérateur s?est cassé, endommageant au passage la partie tribord de la barre de liaison de ses safrans. Son bateau Hugo Boss est devenu incontrôlable, mais le skipper britannique est parvenu à réparer, malgré une mer très forte.

« Mes batteries étaient presque vides, j?ai donc branché l?hydrogénérateur et je suis descendu voir si ça chargeait vite, raconte Thomson dans un communiqué de son équipe. A ce moment-là, ma vitesse devait être à peu près 18 noeuds et j?ai entendu un bruit étrange. J?ai passé la tête par la porte et j?ai constaté que l?hydrogénérateur vibrait de façon anormale et de plus en plus fort. J?ai compris qu?il allait se casser et je me suis précipité pour l?enlever mais je n?ai même pas eu le temps de l?atteindre. Il s?est arraché de l?arrière du bateau, il a volé dans les airs et il a violemment atterri sur la barre de liaison tribord. J?étais en train de tirer un bord à bâbord donc le safran tribord n?étais plus relié à rien. J?ai tout de suite compris que le bateau allait devenir incontrôlable, et c?est en effet ce qui s?est passé. Mais j?ai quand même réussi à le remettre droit, à me mettre au portant et à enrouler mon spinnaker A3 tout en gardant le safran bâbord dans l?eau pendant que je barrais. (?) J?ai pris des bandes de carbone et je les ai utilisées comme des attelles au niveau des fissures. Il a d?abord fallu couper ces bandes avec une meule et une lame spéciale que j?avais à bord. Ce n?était pas une partie de plaisir car tout a immédiatement été couvert de poudre de carbone. J?ai fait de la place dans le cockpit et je me suis mis au travail, tout en maintenant une vitesse moyenne de 19 noeuds. Et je ne me suis même pas coupé un doigt et je n?ai pas non plus fait de trou dans la coque! A la fin, j?étais couvert de peinture argentée et de poudre de carbone, le cockpit ressemblait vraiment à l?atelier de Cliff (ndlr : l?ingénieur composite) ! Evidemment, la réparation n?est pas très jolie à voir mais au moins, ça fonctionne. Tout ça représente quand même sept heures de travail et pas mal de rangement ensuite! J?étais crevé mais plutôt content de nous. Un sacré travail d?équipe! » Malgré cet incident, Thomson est parvenu à garder son allure et reste sixième au dernier pointage, toujours au contact du groupe de tête.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant