Vendée Globe : Le vent fait souffrir les skippeurs

le
0
Vendée Globe : Le vent fait souffrir les skippeurs
Vendée Globe : Le vent fait souffrir les skippeurs

Après une première nuit tonique passée sur le Vendée Globe, les skippeurs ont livré leurs impressions face au vent qui se renforce aux abords du Cap Finisterre.

Voici les impressions des skippeurs lors d’une des vacations relayées par le site officiel du Vendée Globe. Après une nuit agitée, ils dépassent, ou se dirigent, vers le Cap Finisterre avec un vent qui s’est renforcé. Vincent Riou (PRB) : « Les conditions de vent sont très changeantes mais bon on s'en sort… Ce n'était pas évident cette nuit (dimanche). On approche du Cap Finisterre et on va essayer de gérer ça au mieux. C'est important de ne pas être trop loin au Cap. Il fait soleil, j'ai Safran sur mon tribord. Il y a des grains et 20 nœuds de vent. » Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) : « Chaque départ est différent forcément. Là c'était quand même des conditions assez exceptionnelles : Tout d'un bord, pas de passage de front et on est déjà en Espagne, donc c'est top ! Côté conditions, c'est pour tout le monde pareil. Le vent n'arrête pas de varier. […] Il faut toujours un peu de temps pour trouver ses habitues, savoir où est rangé le café et le sucre. Tu t'organises toi-même et ce que tu pensais avoir organisé avant le départ n'est jamais exactement ce qui se passe dans la réalité. C'est le côté sympa des choses aussi. De devoir s'adapter. » Jérémy Beyou (Maître Coq) : « La nuit n'a pas été facile. Je me suis fait piéger par des grains. Je n'ai pas tout pigé. J'ai vu les autre s'enfiler par-dessous et ils m'ont mis un caramel, ils sont passés. J'ai deux ou trois soucis sur le bateau, en plus un safran s'est relevé. Je suis tombé sur le winch et je me suis cassé une dent. Bon, j'ai appelé le toubib… »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant