Vendée Globe : ce qu'il faut retenir après deux semaines de course

le
0
Depuis la fin de la première semaine, Alex Thomson (Hugo Boss) domine le Vendée Globe.
Depuis la fin de la première semaine, Alex Thomson (Hugo Boss) domine le Vendée Globe.

Les milliers de spectateurs qui se sont pressés sur les pontons des Sables-d'Olonne le 7 novembre 2016 ont encore en tête les moindres détails de cette étrange transhumance. Les larmes chaudes de Lagravière, la joie communicative de De Pavant, le regard vif de Le Cléac'h. Mais pour les skippers, ce bain de foule a rapidement laissé la place à une bataille de chaque instant, une régate avec le globe comme terrain de jeu. Depuis quatorze jours, ils font face aux aléas de la météo, au tempo toujours plus fort des leaders et au bruit infernal de leur machine poussée par les vents. Alors qu'ils terminent leur deuxième semaine de course avec les mers du Sud dans le viseur, retour sur ces quinze premiers jours haletants menés par un Gallois (Thomson) et marqués par les premières désillusions.

Le classement des cinq premiers à 5 heures ce dimanche :

LE LEADER. Thomson, « James Bond » touché

Lors de la première semaine de course, c'est Armel Le Cléac'h (Banque populaire VII), dauphin de François Gabart lors du dernier Vendée Globe, qui menait la flotte. Mais au soir du samedi 12 novembre, le Gallois Alex Thomson prenait les commandes de la course, ayant pris le risque de traverser au beau milieu de l'archipel du Cap-Vert. Une audace qui a surpris ses proches concurrents. Extravagant et aimant...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant