Vélos en libre service : New York s'y met aussi !

le
0
Vélos en libre service : New York s'y met aussi !
Vélos en libre service : New York s'y met aussi !

Dans deux semaines, New York deviendra la 3e ville au monde pour son nombre de vélos en libre-service, derrière la chinois Hangzhou (environ 60 000 vélos) et Paris (environ 20 000 Vélib'). La plupart des stations sont déjà installées dans Manhattan et Brooklyn. Certains riverains ont grogné, voyant disparaître leur place de parking. Mais depuis début avril, plus de 8 000 personnes ont déjà pris leur abonnement annuel, pour quelque 100 dollars. Le programme promet de changer la ville : 6 000 vélos, répartis dans 333 stations pour commencer, avec un objectif final, à une date non précisée, de 10 000 vélos et 600 stations.

Le principe des city bikes est le même que dans la plupart des villes ayant adopté ces dernières années ce mode de transport : l'amateur prend un ticket à la journée, la semaine, ou un abonnement annuel, pour des trajets gratuits limités à 30 ou 45 minutes, payants au delà.

Des New-Yorkais enthousiastes essayent d'ores et déjà les citi bikes, solides vélos bleus au nom inspiré de leur principal sponsor, CitiBank. Pour les amateurs qui aurient délaissé leurs deux-roues depuis longtemps, des cours de vélo sont même dispensés gratuitement par l'association «Bike New York» pour leur redonner confiance. Ils étaient déjà complet en mars et avril...

Certains ont encore du mal à s'imaginer pédalant dans la marée quotidienne des taxis jaunes, mais David est optimiste. «Les gens ont trop d'imagination. Cela peut faire peur, mais quand il y aura tous ces vélos, les voitures devront se calmer un peu et tout le monde sera plus en sécurité, même les piétons», assure-t-il.

Elizabeth Haddad, 26 ans, auteur, est plus inquiète, mais veut aussi tenter l'aventure. «Je mettrai un casque, ça vaut la peine». Elle s'est fait récemment voler son vélo, elle est donc ravie de l'arrivée du programme «qui permet de laisser son vélo n'importe où sans s'inquiéter». «J'en ai fait en France,...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant