Vedanta ferme sa raffinerie d'aluminium d'Odisha

le
0

Commodesk - Comme à la mi-octobre, le premier producteur indien d'aluminium, Vedanta, se dit obligé de fermer sa raffinerie d'aluminium de Lajigarth, dans la région d'Odisha, faute de bauxite.

L'unité de raffinage d'une capacité d'un million de tonnes par an fermerait le 5 décembre, mettant 2.500 ouvriers au chômage, et affectant 4.500 emplois indirects.

« La bauxite est notre oxygène, a résumé le directeur général de Vedanta Aluminium (VAL) Mukesh Kumar. Nous avons investi 100 milliards de roupies (1,4 milliard d'euros) à Odisha, et nous sommes contraints de fermer l'usine ». VAL a construit outre l'usine de raffinage une aluminerie à proximité et une centrale électrique.

L'industriel a prévenu les autorités régionales il y a trois mois des difficultés à s'approvisionner localement, ce qui compromet la rentabilité du site. Odisha dispose des deux-tiers des réserves de bauxite indiennes, mais la région ne veut pas s'engager à fournir le raffineur et l'aluminerie associée.

VAL a signé un contrat d'approvisionnement de 150 millions de tonnes en 2004 avec les autorités régionales, qui ont désigné la compagnie publique Odisha Mining Corporation comme fournisseur. Toutefois, en 2010, le ministère de l'Environnement a bloqué le projet minier, pour protéger les communautés autochtones Dangria Konds vivant dans ces collines.

VAL a trouvé 3.000 tonnes (sur une capacité de 11.000 tonnes/jour) dans des Etats plus lointains, Andhra Pradesh, Chhattisgarh, Jharkhand et Gujarat, avec des frais de logistique en sus qui ont fragilisé la rentabilité de l'ensemble. La tonne d'aluminium produite à Odisha revient à 19.000 roupies (266 euros), soit 2.300 roupies (32,25 euros) de plus que si la bauxite venait de l'aluminerie du groupe.

Il faut trois tonnes de bauxite pour produire une tonne d'alumine, dont seront extraits 500 kilos d'aluminium.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant