Vector Capital devient l'actionnaire principal de Technicolor

le
0

par Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Les actionnaires de Technicolor se sont prononcés mercredi en faveur de la montée au capital du fonds Vector Capital au terme d'une assemblée générale épique marquée par une résolution surprise de dernière minute, une suspension de séance d'une heure et des échanges houleux.

Le fonds d'investissement américain, qui s'est spécialisé dans le redressement d'entreprises du secteur des technologies, devient ainsi l'actionnaire de référence du groupe français, contre l'avis de son conseil d'administration qui recommandait une offre concurrente de la banque JPMorgan Chase.

Après plus de quatre heures d'assemblée générale, les actionnaires de Technicolor ont mis un terme au bras de fer qui opposait depuis plusieurs semaines les deux acteurs américains, tous les deux ambitionnant de prendre jusqu'à 30% du capital du groupe en difficulté.

JPMorgan avait pourtant joué son va-tout en soumettant une nouvelle offre modifiée au beau milieu de la réunion.

La banque proposait ainsi 1,90 euro par action pour une augmentation de capital réservée, un prix identique à celui de son offre améliorée de début juin, mais supprimait deux clauses, dont des indemnités en cas de rupture de négociations, qui avaient été rejetées à l'époque par le conseil d'administration.

"Cela fait deux ans que nous nous courtisons. JPMorgan n'est pas un séducteur rapide mais une fois qu'il se marie, il est là pour longtemps", a expliqué en anglais le représentant de JPMorgan David Walsh aux actionnaires.

Le conseil d'administration s'est retiré pendant une heure pour examiner la nouvelle offre de la banque américaine avant de lui renouveler son soutien.

Les actionnaires ont cependant préféré l'offre concurrente de Vector Capital qui proposait pour sa part un prix de 2,00 euros par action pour l'augmentation de capital réservée mais sur une part de capital moins importante.

CLIMAT HOULEUX

Ils ont ainsi opté pour l'offre la mieux disante d'un point de vue financier mais aussi celle qui limitait la dilution des actionnaires existants à 17%, contre 24% dans le cas de JPMorgan.

"Nous ne sommes pas aussi importants ni aussi vieux que JPMorgan mais nous avons une équipe qui pourra relever les défis et les opportunités du groupe", a déclaré Alexander Slusky, fondateur et associé du fonds.

Il a souligné que sa société s'attacherait à bâtir un pont entre la France et la Silicon Valley, où est basé Vector Capital.

L'assemblée générale s'est déroulée dans un climat tendu, marqué par les interpellations de plusieurs actionnaires sur la situation de l'usine d'Angers, placé en redressement judiciaire.

Les 351 salariés du site ont appelé début juin le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg à "mettre la pression" sur l'entreprise pour qu'elle trouve un repreneur à leur usine.

Technicolor a précisé pour sa part que la recherche d'un repreneur était toujours en cours et que la justice attendait des propositions d'ici au 26 juin.

Lourdement endetté, Technicolor a essuyé l'an dernier une perte opérationnelle de 43 millions d'euros dans sa division dédiée aux décodeurs, et a annoncé en décembre un plan social portant sur 600 emplois dans le monde, sur un effectif total de 16.900.

Avec Alice Cannet, édité par Benoît Van Overstraeten

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant