Vattenfall vend sa branche lignite allemande au tchèque EPH

le
0
 (Actualisé avec des précisions, citations) 
    par Johan Sennero et Jan Lopatka 
    STOCKHOLM/PRAGUE, 18 avril (Reuters) - L'investisseur 
tchèque EPH a conclu le rachat à Vattenfall  VATN.UL  de ses 
actifs déficitaires dans le lignite en Allemagne, qui regroupent 
des mines et des centrales , pariant sur une reprise des prix de 
l'électricité en Europe. 
    La valeur précise de la transaction n'a pas été donnée mais 
EPH a précisé lundi qu'il reprendrait pour 3,4 milliards d'euros 
d'actifs et deux milliards d'euros de passif et de provisions. 
Il devrait en outre conserver une trésorerie de 1,7 milliard 
d'euros. 
    La société tchèque rachète dans le détail trois centrales 
thermiques alimentées au lignite et cinq mines dans la région de 
Lausitz, dans l'est de l'Allemagne, ainsi qu'une participation 
de 50% dans la centrale de Lippendorf, non loin de Leipzig, le 
tout pour une capacité cumulée de l'ordre de 8.000 mégawatts.  
    EPH, allié au fonds de capital investissement tchèque PPF 
Investments, parie sur une hausse des prix de l'électricité en 
Allemagne au début de la prochaine décennie en raison de 
l'abandon annoncé du nucléaire. EPH détient déjà des actifs dans 
le lignite en Allemagne. 
    Vattenfall, société publique suédoise de services aux 
collectivités, a déclaré de son côté que la cession se solderait 
par une moins-value de 22 à 27 milliards de couronnes (2,4 à 2,9 
milliards d'euros) dans ses comptes du deuxième trimestre. 
    "L'opération est négative pour le bas du bilan mais du point 
de vue du risque crédit, c'est pratiquement neutre, et surtout 
elle réduit son empreinte carbone de façon spectaculaire", dit 
Ingvar Mattsson, analyste de Swedbank. 
    De fait, la cession, qui doit être approuvée par l'Etat 
suédois, réduirait les émissions de CO2 de Vattenfall de quelque 
70%, ce qui, selon l'électricien, en ferait l'une des 
"utilities" les plus "vertes" d'Europe. 
    "Nous voulons réduire notre exposition au CO2, ce qui rend 
l'opération pertinente pour nous. En plus, cela nous permet de 
dégager des ressources pour nous recentrer sur l'énergie 
renouvelable", a dit Magnus Hall, directeur général de 
Vattenfall. 
    La vente des centrales à lignite, qui représentent 30% 
environ de la production d'électricité de Vattenfall, est 
également motivée par des risques de marché et réglementaires, 
a-t-il ajouté. 
    Les prix de l'électricité ont chuté de quelque 40% en 
Allemagne depuis que Vattenfall a lancé la vente en 2014 et 
Berlin veut réduire la production à partir du lignite pour 
atteindre ses objectifs climatiques.  
    Vattenfall compte finaliser l'opération dans les deux mois 
qui suivront le feu vert du gouvernement suédois.     
      
 
 (Avec Niklas Pollard à Stockholm, Nerijus Adomaitis à Oslo, 
Christoph Steitz et Arno Schütze à Francfort, Wilfrid Exbrayat 
pour le service français, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant