Vatican-Une commission vise les évêques dans les cas d'abus sexuels

le
0

CITE DU VATICAN, 7 février (Reuters) - La commission chargée de conseiller le pape François sur les moyens de lutter contre les abus sexuels commis sur des enfants par des membres du clergé catholique examine la possibilité de sanctionner les évêques soupçonnés d'avoir couvert de tels agissements ou de ne pas être intervenus pour les prévenir. Créée l'an passé, la commission présidée par le cardinal Sean O'Malley de Boston tient actuellement sa première session plénière et travaille à la rédaction d'une série de recommandations élargissant la responsabilité des évêques voire proposant des sanctions à leur encontre. "Nous pensons que nous sommes parvenus à des recommandations pratiques", a commenté le cardinal O'Malley devant la presse sans entrer dans le détail des dispositions envisagées. Affirmant que certaines pratiques devaient entraîner des "conséquences", il a dit espérer que les suggestions faites au pape par la commission "puissent être mises en oeuvre". Jeudi, le chef de l'Eglise catholique avait ordonné aux évêques du monde entier de coopérer de manière prioritaire avec la commission afin d'éradiquer ce qu'il qualifiait de "fléau" quitte à ce que de nouveaux scandales soient mis au jour. "Beaucoup trop d'affaires ont été dissimulées. Beaucoup trop de membres du clergé ont été protégés. Cela doit appartenir au passé très très rapidement", a déclaré Peter Saunders, membre de la commission et ancienne victime d'abus en Grande-Bretagne. L'annonce faite par le cardinal O'Malley n'a pas apaisé les responsables de l'association SNAP défendant les droits de victimes d'abus commis par des prêtres. "O'Malley sait que l'Eglise a de très nombreux moyens de réagir, tout de suite, lorsque des évêques sont complices de crimes sexuels et de dissimulations. Le pape peut les radier", a commenté l'association dans un communiqué. La commission, composée de 17 membres du clergé et de personnes venues de différents horizons, a pour tâche d'aider les diocèses à instaurer de "meilleures pratiques" afin de prévenir d'éventuels abus mais également de travailler à la guérison des victimes. (Philip Pullella; Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant