Vatican : les coulisses d'un synode historique

le
1
Vatican : les coulisses d'un synode historique
Vatican : les coulisses d'un synode historique

Ce samedi au Vatican, un texte final doit être soumis au vote des participants au synode sur la famille. Depuis presque deux semaines,'1 évêques des cinq continents ainsi que 62 experts et auditeurs débattent, sous les yeux du pape François, de l'accueil dans l'Eglise des personnes homosexuelles, de la place des divorcés-remariés, des unions libres, de la contraception...

Lundi, un rapport intermédiaire a fait grand bruit et choqué certains conservateurs quand il évoquait des aspects «positifs» dans les unions de fait et laissait entrevoir une ouverture pour les couples homosexuels. Les défenseurs de ce texte redoutent que son ton jugé très ouvert n'apparaisse plus du tout dans le document global que les évêques doivent approuver ce week-end. La France a envoyé 10 représentants à cette assemblée générale.

Parmi eux, le cardinal André XXIII, archevêque de Paris, l'un des trois présidents délégués du synode et Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques de France. Trois des «ambassadeurs» hexagonaux nous racontent les coulisses de ce synode historique.

«Il n'y a aucun tabou»

Olivier et Xristilla Roussy, couple membre de la communauté catholique de l'Emmanuel

«Les débats se déroulent dans un hémicycle sans fenêtre, c'est un peu comme à la fac. La première semaine, chaque participant avait 4 minutes pour s'exprimer devant l'assemblée. Il y a un décompte du temps. On entend un bip quand il reste 30 secondes, ça devient rouge. Si certains dépassent trop largement le temps de parole, ils se font couper le micro. Quand est venu notre tour, on était un peu stressé. On n'a pas regardé comment le pape réagissait à nos mots. Notre priorité, c'était de réussir à faire passer auprès de tout le monde notre message. Durant le synode, les échanges sont très forts mais personne ne s'est tapé dessus. Ce qui a profondément changé, c'est la façon d'accueillir ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cavalair le vendredi 17 oct 2014 à 19:56

    ....Parmi eux, le cardinal André XXIII...., La betise d'un journaliste qui ne sait meme pas ecrire le nom du Cardinal Andre Vingt trois. Ils sont betes a manger du foin ces journalistes et en plus sans aucuen culture generale