Vatican : le premier procès pour pédophilie prévu le 11 juillet

le
0
Vatican : le premier procès pour pédophilie prévu le 11 juillet
Vatican : le premier procès pour pédophilie prévu le 11 juillet

Le Vatican poursuit doucement son chemin de croix pour laver l'église des scandales de pédophilie. Ce lundi, le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi, a annoncé que le premier procès d'un prélat pour abus sexuels sur mineur débuterait le 11 juillet. Une démarche voulue l'an passé par le pape François pour marquer la fin de l'omerta. Dans le même temps, le Saint-Père a accepté la démission de deux évêques américains.

«Le président du Tribunal de l'Etat du Vatican a renvoyé en accusation l'ancien nonce apostolique en République dominicaine, Jozef Wesolowski», a précisé le père Federico. La justice vaticane a enquêté en 2014 sur des abus sexuels sur mineurs et sur la détention de matériel pédo-pornographique à l'encontre du prêtre polonais.

Soupçonné de relations tarifées

Ancien archevêque, Jozef Wesolowski, 66 ans, avait déjà été condamné en juin 2014 par un tribunal ecclésiastique à la réduction à l'état laïc - un renoncement au sacerdoce qui constitue la peine maximale pour un prélat. Il avait fait appel.

Des médias dominicains avait dénoncé l'ancien prélat pour avoir eu des relations tarifées avec des mineurs dans la «Zona colonial», le centre historique de Saint-Domingue. Six mois avant la condamnation au niveau ecclésiastique de l'ancien nonce, le Comité des Nations unies sur les droits des enfants avait cité son cas pour illustrer l'absence d'initiatives du Vatican dans la lutte contre les sévices sexuels infligés aux mineurs par des prélats.

Deux démissions de évêques américains

Afin de poursuivre le grand ménage, les démissions de l'archevêque de Saint Paul et Minneapolis, Mgr John Clayton Nienstedt, et celle de son adjoint, Mgr Lee Anthony Piché, ont été acceptées par le pape, conformément à une disposition du code de droit canon, qui prévoit une sanction en cas de faute grave. Le Vatican n'a toutefois pas donné d'explication mais cette sanction ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant