Vatican II: le bilan sans concession de l'Église

le
0
Lors du synode, les évêques se livrent à une critique sans précédent de l'évangélisation depuis cinquante ans.

À Rome, l'anniversaire du concile Vatican II n'est pas marqué par l'euphorie. Les cérémonies romaines, en ce 11 octobre, donneront le change mais, cinquante ans après l'ouverture de ce concile, le c½ur n'y est pas. Car le bilan est plutôt sombre: l'"aggiornamento" de l'Église catholique voulu par Jean XXIII pose aujourd'hui plus de questions qu'il n'a pu en résoudre. Jusque-là relativement tabou, ou confisqué par les traditionalistes, le discours critique sur les fruits du concile est désormais publiquement porté par des évêques modérés. Une digue du silence semble même avoir cédé comme viennent de le démontrer les trois premiers jours de débat au synode sur «la nouvelle évangélisation» en cours à Rome jusqu'à la fin octobre.

Bien sûr, le concile Vatican II n'est pas sur toutes les lèvres dans la salle du synode qui réunit 250 évêques choisis et une centaine d'experts et d'auditeurs venus de toute la planète. Mais si Benoît XVI les a c

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant