Vaste opération contre des "marchés noirs" sur internet

le
0
Vaste opération contre des "marchés noirs" sur internet
Vaste opération contre des "marchés noirs" sur internet

Les polices des Etats-Unis et de 16 pays européens ont fermé des centaines de sites internet transformés en marché noir de la drogue et des armes, cachés derrière le paravent du réseau Tor.Dix-sept personnes ont été arrêtées lors de cette large opération internationale lancée jeudi par les polices américaine et de 16 pays européens, a précisé vendredi l'office européen de police Europol.Un total de 414 sites ont été fermés, assure l'organisation, qui a refusé d'indiquer comment les policiers avaient réussi à identifier les vendeurs et administrateurs des sites."Il faut bien se rendre à l'évidence que les délinquants utilisent des technologies de pointe pour commettre leurs méfaits et dissimuler les preuves et ils se cachent derrière les frontières internationales pour échapper aux forces de police", a affirmé la procureure adjointe du ministre de la Justice américaine, Leslie Caldwell.Cette vaste opération commune visait ces marchés noirs "fonctionnant comme des services cachés sur le réseau Tor", a expliqué Europol.Tor, logiciel libre et gratuit, est une plateforme qui garantit l'anonymat sur internet. "The Onion Router", son nom originel d'où est tiré l'acronyme Tor, permet de superposer des couches de protection afin de ne pas être découvert.Il procède à l'encodage d'activités en ligne, comme des visites de sites internet ou des envois de messages, et expédie ces données à travers un réseau mondial de relais qui les épluche au fur et à mesure pour n'en garder que les couches infimes indispensables pour faire passer l'information au sein de ce qui est connu comme le "Darknet", la face cachée de l'internet.- "Ni invisibles, ni intouchables" - L'opération, menée notamment par les police française, allemande, et britannique, "avait pour but d'arrêter la vente, la distribution et la promotion d'objets illégaux et dangereux, dont des armes et des drogues, qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant