Vaste manifestation en hommage à Nisman à Buenos Aires

le
0

BUENOS AIRES, 19 février (Reuters) - Des dizaines de milliers d'Argentins ont calmement défilé mercredi dans les rues de Buenos Aires pour réclamer une justice indépendante, un mois après la mort du procureur Alberto Nisman dans des circonstances mystérieuses alors qu'il enquêtait sur la présidente Cristina Fernandez. La manifestation, l'une des plus imposantes depuis l'arrivée à la tête de l'Etat de Cristina Fernandez il y a sept ans, illustre l'onde de choc provoquée par l'affaire Nisman. Le procureur a été retrouvé mort le 19 janvier dernier alors qu'il s'apprêtait à être entendu par une commission parlementaire et à accuser la présidente d'avoir tenté de couvrir les preuves d'une implication de l'Iran dans l'attentat de 1994 contre un centre communautaire juif de Buenos Aires, le plus meurtrier de l'histoire du pays avec 85 morts. Les manifestants ont défilé à l'appel d'un groupe de procureurs souhaitant rendre hommage à leur collègue disparu. Ces procureurs se sont défendus de toute récupération politique, même s'ils se sont déjà plaints de l'intimidation pratiquée par le gouvernement de gauche de Fernandez et de son interventionnisme dans les affaires judiciaires. Des responsables gouvernementaux ont accusé les procureurs de conspirer avec la droite pour déstabiliser l'Etat. "Nos valeurs démocratiques sont brisées", a déploré un des manifestants, Eduardo Gonzalez, 46 ans, en marchant sous une pluie torrentielle. "Nous voulons la fin de la corruption." A ses côtés, Estela Girbal, une mère de neuf enfants, a dit sa lassitude face à l'impunité des plus hauts responsables. "Cela montre que les gens en ont assez." "Vérité", "Justice" ou "Je suis Nisman" étaient quelques-uns des slogans brandis par les manifestants. L'indépendance de la justice est un sujet hautement sensible en Argentine, où les responsables de la mort de dizaines de milliers d'opposants de gauche pendant la dictature militaire entre 1976 et 1983 sont pendant longtemps restés impunis. (Hugh Bronstein, Richard Lough; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant