Varsovie critique les accords commerciaux bilatéraux avec Moscou

le
2

26 janvier (Reuters) - La Pologne a critiqué lundi les accords agricoles bilatéraux conclus avec la Russie, quelques jours après l'annonce par la France d'un accord de principe sur la levée par Moscou de son embargo sur les porcs vivants et certains produits de porc. Pour Varsovie, qui s'exprime sur le sujet au moment où l'Union envisager un durcissement des sanctions contre la Russie pour son rôle dans le conflit en Ukraine, de tels arrangements marquent une rupture avec "le principe de solidarité européen". Le ministère français de l'Agriculture a annoncé la semaine dernière un accord de principe sur la reprise des échanges commerciaux avec la Russie pour les porcs vivants, les abats et les graisses de porc, frappées depuis l'an dernier par un embargo russe touchant l'ensemble des pays de l'Union européenne. Cet embargo russe a été instauré après un début d'épidémie de peste porcine dans l'est de l'UE et n'a aucun lien avec celui décidé par Moscou en août sur les importations de produits alimentaires occidentaux, dans le cadre des représailles aux sanctions américaines et européennes liées à la situation en Ukraine. Le ministre polonais de l'Agriculture, Marek Sawicki, dans une lettre à son homologue letton, dont le pays occupe la présidence tournante de l'UE, se dit "profondément déçu" par les informations sur des accords bilatéraux avec la Russie. Il appelle les ministres de l'Agriculture réunis lundi à Bruxelles à débattre du sujet et plusieurs responsables ont confirmé que le dossier serait bien à l'ordre du jour. Un responsable de la Commission européenne, qui a requis l'anonymat, a estimé que toutes les négociations commerciales devaient être menées à l'échelon communautaire et précisé que les discussions entre Paris et Moscou étaient simplement techniques. Un porte-parole du ministre français de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a lui aussi souligné que les discussions sur la levée de l'embargo étaient purement techniques, ajoutant qu'elles avaient eu lieu entre services vétérinaires des deux pays et non au niveau politique. Paris estime à 100 millions d'euros le marché russe pour la filière française de la viande porcine. (Barbara Lewis, Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM le lundi 26 jan 2015 à 18:28

    L'Europe doit parler d'une seule voix, sinon c'est effectivement chacun pour soi.

  • newwin le lundi 26 jan 2015 à 16:34

    on est libre de traiter avce qui on veut ok la pologne pro us