Var : les sangliers s'attaquent aux vignes

le , mis à jour à 10:01
0
Var : les sangliers s'attaquent aux vignes
Var : les sangliers s'attaquent aux vignes

Dans le Var, les sangliers font des ravages. Poussés hors des forêts à cause d'une sécheresse chronique, ils s'invitent dans les vignes pour croquer les raisins en pleine maturation. D'où des dégâts importants déplorés par les viticulteurs de la région de Brignoles et de Draguignan. L'an dernier, 600 000 EUR de dégâts avaient été enregistrés dans les vignobles.

 

Pour endiguer ce fléau, la préfecture vient d'autoriser, avec plusieurs semaines d'avance, l'ouverture de la chasse. Des battues s'organisent partout pour repousser les animaux hors des terres cultivées afin de protéger les vendanges à venir. Et la mesure s'avère efficace.

 

Grappes de raisin grignotées

 

« Nous avons déjà organisé cinq battues ce mois-ci. Lors des trois premières, c'était impressionnant : nous avons tué 20 cochons sauvages qui voulaient pénétrer sur les vignobles », commente Roger Baroli, président de la société communale de chasse de Cabasse, dans l'arrière-pays varois. « Tirer en l'air pour leur faire peur ne sert à rien. Ils reviennent toujours. Pour autant, nous essayons de les préserver en ne tirant que sur un seul à chaque fois. Les autres comprennent vite qu'il ne faut pas s'aventurer ici. » Très souvent, les chasseurs locaux n'interviennent qu'à la demande spontanée de viticulteurs, désespérés de voir leurs grappes de raisin complètement grignotées. Certains s'équipent également de clôtures électriques pour protéger leurs terres. C'est le cas au domaine de l'Amaurigue, à Cabasse, où Eric, le gardien, surveille les lieux.

 

« Les sangliers débarquent dès la tombée de la nuit et se ruent en groupes dans les vignes. Sans grillages électriques, les cultures seraient en péril », analyse-t-il. « On a même installé des caméras vidéo sur ce domaine de 45 ha qui nous permettent de les repérer. Car nous sommes entourés de 150 ha de forêt. » L'arrêté pris par le préfet du Var ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant