Var : le restaurateur mis à l'amende va récidiver le 15 août

le , mis à jour à 06:54
6
Var : le restaurateur mis à l'amende va récidiver le 15 août
Var : le restaurateur mis à l'amende va récidiver le 15 août

Depuis quelques jours, l'affluence a grimpé au Phenix. Car ce restaurant du centre commercial Grand-Var, à La Garde (Var), est au centre de toutes les attentions après avoir été frappé par une amende de 186 000 € pour être resté fermé le 14 juillet.

 

Dans trois jours, rebelote. Le 15 août, autre jour férié de l'été, son gérant, Patrick Brun, est bien décidé à récidiver en fermant de nouveau son établissement. Au nom de la « liberté des commerces indépendants » mais au risque d'être à nouveau épinglé. « Comme pour le 14 juillet, le jour férié du 15 août n'est pas intéressant pour nous. Les gens sont à la plage et pas dans les centres commerciaux », justifie-t-il, bien décidé à se défendre.

 

Le restaurateur a lancé une pétition en ligne et a recueilli déjà plus de 2 000 signatures en signe de solidarité. « Des quatre coins de France, des professionnels de centres commerciaux, similaires au mien, m'appellent pour dénoncer le vide juridique qui pénalise les commerçants indépendants. Face aux grosses enseignes, nous ne faisons pas le poids. S'ils ouvrent les jours fériés, nous sommes obligés d'ouvrir aussi et de contraindre nos salariés à travailler. »

 

 « J'ai écrit à Emmanuel Macron, ministre de l'Economie»

 

Le groupement d'intérêt économique (GIE) — qui gère l'activité de Grand-Var et a infligé les amendes de la Fête nationale — se défend en disant que « tous les commerçants de la zone s'étaient entendus en assemblée générale pour rester ouverts durant les deux jours fériés de l'été. Sous peine de pénalités prévues dans le règlement intérieur ». Mais dix-sept d'entre eux n'avaient pas joué le jeu et choisi de rester rideaux baissés... sans se douter des amendes astronomiques auxquelles ils s'exposaient.

 

Le 15 août approche et une majorité de ceux frappé par des amendes allant de 20 000 à 78 000 €, ont choisi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vazi il y a 4 mois

    ils seront dans l'obligation de lui infliger une nouvelle fois 186 000 € au risque de se désavouer, ou alors baisser la somme pour corriger le tir . De toute façon ils n'ont pas à se faire la loi eux mêmes ils seront traduit en justice qui elle infligera si amende il y a à une véritable journée soit 1500 à 2000 € max au lieu des 400 000 € souhaité par des incapables

  • gaia2011 il y a 4 mois

    Le principe est simple : si vous êtes une PME cherchez quelqu'un d'autre pour vous représenter que le MEDEF. Le MEDEF négocie toujours dans le même sens : toujours plus de cadeaux fiscaux pour les entreprises du CAC40 ou à la rigueur les autres grandes entreprises et rien pour les autres....

  • arno3821 il y a 4 mois

    le principe est simple : arrêtez de vous mettre à votre compte et d'être la vache à lait de l'état!! déposez le bilan!! être à son compte c'est être esclave de l'état

  • cofranck il y a 4 mois

    Le principe est que lorsque tu travailles dans un centre commercial, tu joues dans une équipe. Si tu ne veux pas joué dans l'intérêt de l'équipe . Tu sors et tu vas joué tout seul. Y a des devoirs dans un centre commercial, tu les fais ou tu dégages, ce n'est pas à la carte. L'amende est complètement justifiable.

  • janaliz il y a 4 mois

    La loi tordue favorise le 1er mai, journée des rouges, au détriment du 14 juillet, journée des Bleus... Cherchez l'erreur. Comment peut-on ne pas taxer le non respect de la Fête Nationale. Pour moi il n'y a pas photo entre le 14 juillet et le 1er mai.

  • zouquett il y a 4 mois

    on nous aurait menti , monsieur Macron ? Pas que des heureux le dimanche au boulot ?